Asbat al-Ansar (AAA)

Autres appellations:
Osbat Al Ansar
Usbat Al Ansar
Esbat Al-Ansar
Isbat Al Ansar
Usbat-ul-Ansar

Autres appellations US:
AAA
Band of Helpers
Band of Partisans
Esbat al-Ansar
Gathering of Supporters
God’s Partisans
Isbat al-Ansar
League of Partisans
League of the Followers
Osbat al-Ansar
Partisan’s League
Usbat al-Ansar
Usbat ul-Ansar

Internet:
Osbat al-Ansar

(Liban) (Ligue des Partisans) Organisation radicale sunnite basée dans le camp palestinien d’Aïn al-Hiloueh, dans les faubourgs de Saïda (sud du Liban), composée principalement de Palestiniens. Fondé par Hisham Shreidi, assassiné par le ► Fatah en 1991, il est dirigé par Abdel Karim as-Saadi (alias Abou Mahjan) (2005). Il comprend environ 300 militants.

Sa philosophie est d’obédience sunnite salafiste et vise à rétablir le califat sur le monde musulman. Abou Mahjan a été condamné à mort par contumace à trois reprises par un tribunal libanais, pour le meurtre d’un rival religieux sunnite en 1996. Il est très lié au Cheikh Saad Shaaban, qui contrôle les plus importantes milices sunnites du nord du Liban.

L’Asbat al-Ansar s’appuie sur le principe de la lutte contre les États-Unis et Israël et cherche à établir un régime islamique radical au Liban. Pour atteindre ses objectifs, Asbat al-Ansar a conduit plusieurs attentats terroristes au Liban depuis le début des années 90 et en a facilité plusieurs autres. Le groupe a notamment pris pour cibles des membres du personnel des ambassades de pays occidentaux et autres, a assassiné des fonctionnaires libanais, a commis des attentats à la bombe contre des lieux publics et religieux et a tué des membres haut placés de groupes rivaux, en plus de perpétrer des attentats à la bombe contre des magasins d’alcools.

En 1995, l’Asbat al-Ansar assassine le chef du mouvement ► al-Ahbash, qui prône le rassemblement des diverses tendances islamiques et la tolérance religieuse.

L’Asbat al-Ansar travaille également avec d’autres groupes terroristes. Le 3 janvier 2000, un militant de l’Asbat al-Ansar, Abou Kharab a tiré un missile sur l’ambassade russe de Beyrouth probablement par solidarité avec les Tchétchènes. Il est l’un des premiers groupes terroristes internationaux à avoir été porté sur la liste de l’Executive Order 13224(1).

Le 25 septembre 2001, l’Asbat al-Ansar publie un communiqué niant tout lien avec Al-Qaïda, mais approuvant l’action d’Oussama Ben Laden. Toutefois, en avril 2002, un émissaire yéménite d’Al-Qaïda, Salah Hajir, rencontre le chef de l’Asbat.

Il est présent dans le camp d’Aïn al-Hiloueh, où il entretient un petit groupe radical, al-Dinniyah, qui affronte durement le Fatah en août 2002, afin de prendre le contrôle du camp. L’affrontement se solde par la mise d’AI-Dinniyah sous tutelle de l’Asbat. Al-Dinniyah avait également combattu les Forces Libanaises en 2000 et, en juillet 2002, un membre du groupe, Badi Hamadah (alias Abou Obeida) a tué trois militaires libanais.

Mais il s’est également attaqué au mouvement ► As-Saïqa, au ► Front Populaire de Libération de la Palestine (FPLP) et aux autorités de l’UNWRA(2), qui assure la gestion des camps de réfugiés.

Corrélat : ► Organisations terroristes

(1)L’Executive Order (décret présidentiel) 13224 du 23 septembre 2001, signé par le Président George W. Bush, a pour objectif le gel des avoirs d’individus et d’organisations politiques ou commerciales soupçonnées d’entretenir des liens avec le terrorisme international, dont Al-Qaïda. La liste des individus et organisations concernées est constamment remise à jour.
(2)United Nations Relief and Works Agency