Abou Sayyaf (Juma’a)

Autres appellations:
Al-Haraka al-Islamiya

Autres appellations US:
Abu Sayyaf Group (ASG)
al Harakat al Islamiyya (the Islamic Movement)

Internet:
Abu Sayyaf

(Philippines) (Groupe Abou Sayyaf) Mouvement islamiste radical, créé en 1991 sous le nom d’Al-Haraka al-Islamiya (Mouvement Islamique), comme faction dissidente du ► Front de Libération National Moro (FLNM). Jusqu’en 1998, il est dirigé par son chef historique ► Abduradjik Aboubakar Janjalani (alias Abou Mokhtar) puis par son frère cadet, l’émir ► Khaddafy Janjalani (1998-2006), puis par Jainal Antel Sali Jr. (alias Abou Soleyman) (2006-16.01.2007). Il a été soutenu financièrement par la Libye à ses débuts, mais tout indique que ceci a cessé. Il compte quelques 200 militants (2007), souvent anciens travailleurs de la région du Moyen-Orient. Initialement orienté dans la lutte contre les communautés chrétiennes avec une idéologie nationaliste religieuse, ses activités se sont progressivement rapprochées du grand banditisme (extorsions, enlèvements, attentats à la bombe, assassinats, etc.). II opère au sud des Philippines, principalement sur l’île de Jolo.

Abou Sayyaf_Structure du Juma'a Abou Sayyaf (2006)

Organisation
Le Juma’a Abou Sayyaf a été conçu comme un groupe structuré. Toutefois, après la mort de son chef historique en 1998, le groupe se désorganise et diverses factions ont émergé.
Initialement, le Groupe Abou Sayyaf était dirigé par un Conseil Islamique Exécutif (CIE) composé de 15 émirs régionaux, qui planifiait et coordonnait l’exécution des opérations. Le CIE supervisait trois organes :

  • Le Jamiatul Islamia Revolutionary Tabligh, responsable de la collecte de fonds et de la formation islamique ;
  • L’Al-Misuaratt Khutbah, responsable de la propagande ;
  • Le Mujahiddin Al-Sharifullah, qui est le bras armé du groupe, se subdivise en
    – une Equipe de Sabotage,
    – une Equipe de Forces Mobiles et
    – une Equipe de Propagande.

Le groupe Abou Sayyaf dans son ensemble est dirigé par un émir national, Khaddafy Janjalani (1998-2006). Mais il est en fait composé de plusieurs factions qui opèrent de manière plus ou moins indépendante :

  • sur l’île de Basilan la faction dirigée par ► Abou Sabaya, qui comprend deux groupes :
    – Groupe Hapilon, dirigé par ► Isnilon Totoni Hapilon
    – Groupe Sabaya, dirigé par Abou Sabaya lui-même
  • sur l’île de Jolo, la faction dirigée par ► Galib Andang (alias Commandant Robot).
  • Faction Radzpal, dirigée par Hajii Radzpal, dans la région de Zamboanga City.

Opérations
Malgré son appellation, son affiliation affichée avec l’islamisme et des actions dirigées contre les minorités chrétiennes, le Groupe Abou Sayyaf agit et fonctionne comme un groupe purement criminel. Ses liens avec « Al-Qaïda » sont hypothétiques et clamés par le gouvernement philippin afin de bénéficier de l’aide américaine. Les liens du groupe avec le FLNM restent factuels, mais non politiques ou idéologiques.
Il a effectué un attentat à la bombe contre un train à Manille en 1993 et a exécuté une opération de grande envergure conte la communauté chrétienne de la ville d’Ipil, sur Mindanao, le 4 avril 1995, qui fait 53 morts.

Le 12 janvier 1995, le groupe Abou Sayyaf est impliqué dans une tentative d’attentat contre le Pape Jean-Paul II en visite en Indonésie. Un des protagonistes du complot est arrêté à Manille, puis extradé vers les Etats-Unis.

Abou Sayyaf_Zone operationnelle du groupe Abou Sayyaf

Le 18 décembre 1998, Abdouradjik Aboubakar Janjalani est tué lors d’une escarmouche avec les forces de sécurité sur l’île de Basilan. Son frère cadet Khaddafy Janjalani(6) lui succède à la tête du groupe.

Le 23 avril 2000, le groupe — dirigé par Galib Andang (alias Commandant Robot) -prend d’assaut le village de vacances de Sidapan et s’empare de 10 touristes occidentaux, 11 employés locaux et des journalistes venus pour couvrir l’événement. Le gouvernement libyen intervient dans les négociations et obtient la libération de la plupart des femmes le 27 août. Le 9 septembre la majorité des otages occidentaux masculins sont libérés après le paiement d’une rançon estimée à US$ 25 millions.

Abou Sayyaf_Effectifs du groupe Abou Sayyaf (fin 1993 - mi-2007)

 

[Source : Jane ‘s Intelligence Review, September 200, Rommel C. Banlaoi, “Maritime terrorism in Southeast Asia: the Abu Sayyaf threat”, Naval War College Review, Autumn 2005]

Moins connues sont les activités de terrorisme et de piraterie maritime du groupe. L’attentat du 27 février 2004 contre le «Superferry 14 », à Manille, qui a fait 116 morts. Le Groupe Abou Sayyaf est considéré comme ayant effectué cet attentat, dirigé contre la compagnie propriétaire, qui refusait de payer une rançon d’un million de dollars. Les 4 kilos d’explosif avaient été disposés dans une télévision qui avait été embarquée quelques minutes avant le départ.

Avec les opérations conjointes des forces armées philippines et des forces américaines, les cadres du groupe Abou Sayyaf tendent à se disperser et à se réfugier dans hors de ses zones opérationnelles traditionnelles (comme Lanao — au Nord de l’archipel — ou à Tawi-Tawi — à proximité de l’Indonésie).

Corrélat : ► Organisations terroristes