Afghans (el-Afghani)

Surnom donné aux mercenaires musulmans arabes qui ont combattu aux côtés de la résistance afghane contre les Soviétiques (1979-1989), puis dans la lutte pour le pouvoir (1989-1994). Il s’agissait essentiellement des volontaires recrutés à travers l’organisation d’Oussama ben Laden. Une fois retournés dans leurs pays d’origine ou émigrés à travers le monde, ils ont constitué l’épine dorsale des réseaux djihadistes dans le monde (voir « ► Al-Qaïda »). Ce sont ces moudjahiddin qui étaient, à l’origine, pris en charge à leur arrivée en Afghanistan par l’organisation d’Oussama ben Laden, alors désignée Al-Qaïda.

A leur retour d’Afghanistan, un grand nombre d’« Afghans » s’est engagé dans le ► Djihad en Algérie et ailleurs (notamment en Bosnie et au Kosovo). Ils se sont regroupés dans des camps d’entraînement au Soudan et au Yémen. Réputés pour pugnacité, ils se distinguent dans des activités meurtrières et souvent à haut risque.

Les chefs du ► Groupe Islamique Armé (GIA) algérien sont presque tous d’ex­« Afghans ». C’est l’exemple d’Abdelkrim Gharzouli (alias Kari Saïd), sans doute le fondateur du GIA, un « afghan » algérien, ex-membre de l’unité des « afghans arabes » du Jamiat-i-Islami d’Ahmed Shah Massoud, dirigée par Boujemaa Bounoua (alias Abdellah Anas).(1) Kari Saïd quitte Massoud en 1987 pour diriger le bureau d’accueil des mercenaires arabes engagés par Oussama Ben Laden, puis, dès sa création, devient membre d’ ► Al-Qaïda et de son Conseil Consultatif (majlis e-chura). Les services de sécurité algériens ont recensé environ 250 « Afghans algériens », dont seuls 6 seraient encore en vie, cadres au sein du ► Groupe Salafiste pour la Prédication et le Combat (GSPC) et du ► Groupe Sunnite pour la Prédication et le Djihad (GSPD). En tout, 900 Algériens auraient servi en Afghanistan, dont 33% proviennent du secteur d’El-Oued, 18% de la région de Sidi-Bel-Abbès, 14% du secteur d’Oran et 10,5% de la région d’Alger.’

Leur nombre total en 1989 était évalué à environ 5 000 Saoudiens, 3 000 Yéménites, 2 000 Egyptiens, 900 Algériens, 400 Tunisiens, 370 Irakiens et 200 Libyens.

Corrélats: ► Katibat al-Moudjahidin

(1)Abdallah Anas deviendra plus tard représentant du ► Front Islamique du Salut à l’étranger.