Al-Ahbash

Autres appellations:
Jamiyyat Mashari’ al-Khayriyya al-Islamiyya
al-Habashiyyin (les Habaches)
Les Ethiopiens

(Liban) (Association des Projets de Bienfaisance Islamiques) Le mouvement Al-­Ahbash n’est pas un mouvement terroriste : il est retenu ici car il s’oppose à des mouvements qui appuient leur lutte sur l’emploi du terrorisme. Mouvement patronné par la Syrie pour combattre le fondamentaliste islamique et infiltrer le mouvement alawite dans les cercles islamistes. Il compte environ 8 000 membres au Liban.

Les Ahbash ou Habaches, en raison de leurs fondements théologiques divers, constituent un mouvement qui se distingue des autres mouvements islamiques. Les Habaches sont un mouvement d’inspiration soufie qui suit les préceptes du Cheikh ‘Abdallah ibn Muhammad Ibn Yousouf al-Hirari ash-Shibi al-Abdari, plus connu sous le nom d’► Abdullah al-Habashi, un fondamentaliste islamique émigré d’Ethiopie. Ils prônent le respect des ancêtres et de la Charia et s’appuient sur l’étude des Hadith. Ils rejettent les enseignements d’islamistes tels qu’Ibn Taymiya, Ibn ‘Abd al-Wahhab, et Sayyed Qutb. Ils sont ainsi opposés aux Frères Musulmans et au Djihad Islamique, ainsi qu’à la démarche révolutionnaire pour lutter contre l’autorité. Ils tentent d’établir une plate-forme commune entre les diverses tendances islamiques, qui exclut des « standards » de jugement stricts. Ils ne prônent pas le Djihad ou la lutte contre l’Occident. Ils sont opposés au wahhabisme et à la suprématie sunnite au Liban.

Les Habaches rejettent la notion de « takfir » (excommunication) souvent invoquée par les islamistes contre les autres musulmans.

Depuis la fin des années 80, il est devenu l’un des plus importants mouvements islamiques du Liban. Les Habaches n’ont pas de milices, ou ne pratiquent une forme de lutte armée. Ils sont implantés en Australie, au Canada, au Danemark, en France, Suède, en Suisse, en Ukraine et aux Etats-Unis (avec un quartier général à Philadelphie).

En août 1995, son chef, le Cheikh Nizar al-Halabi est assassiné par un commando de l’ ► Ansar Usbat al-Islamiyya. Le Cheikh Hussam Qaraqira lui succède.