Armée de Libération Nationale (UÇK)

Armée de Libération Nationale (UÇK)Armée de Libération Nationale (UÇK)

Autres appellations :
UCK-M

(Macédoine) (Ushtria Çlirimtare Kombêtare) Mouvement indépendantiste de membres de la minorité albanaise de Macédoine. L’Armée de Libération Nationale (UÇK) est créée à la fin 1999 et se manifeste en 2000 — simultanément à l’UÇPMB — et est issue de l’ ► Armée de Libération du Kosovo (dont elle utilise les mêmes initiales). Elle est dirigée par ► Ali Ahmeti, neveu de de Fazli Veliu, fondateur de l’Armée de Libération du Kosovo, et fera l’objet d’un mandat d’arrêt international pour l’attentat à la bombe de Kiéevo.

Dans un premier temps, l’Armée de Libération Nationale (UÇK)  jouit du soutien des Etats-Unis, qui luttent alors contre la Serbie. New-York est l’une des bases de recrutement des volontaires de l’UÇK.(1). L’UÇK est également soutenue par la diaspora albanaise émigrée en Suisse et en Allemagne. En 2001, des membres de la communauté albanaise constatent que 50 millions de francs suisses récoltés pour le mouvement ont disparu. Jazeer Shakiri (alias Commandant Odja) de l’UÇK est soupçonné d’avoir soustrait 8 millions de francs suisses.

Elle a une base importante dans le secteur de Molina Mala. Elle opère essentiellement sur le territoire macédonien, mais fait parfois des incursions sur le territoire de la Serbie. Elle serait notamment à l’origine de la vague d’attentats terroristes commis en Macédoine en 2000, prolongée par une offensive importante déclenchée le 21 janvier 2001 contre le gouvernement macédonien.

En juin 2001, après une offensive de gouvernement et la dissolution de l’UÇPMB, l’UÇK accepte un cessez-le-feu et de désarmer ses troupes en échange d’une amélioration du statut de la minorité albanophone macédonienne.

Une mission dirigée par l’OTAN est déployée en Macédoine afin de surveiller le cessez-le-feu et désarmer les mouvements rebelles. L’opération « Essential Harvest » récoltera ainsi quelque 3 375 armes de l’Armée de Libération Nationale (UÇK). En 2003, cette mission sera remplacée par une force multinationale de police dirigée par l’Union Européenne.

Lien externe

(1)Un appel aux volontaires est publié dans le journal albanophone new-yorkais Bota Sot (New York Times, 19.03.2001)