Armée Révolutionnaire Bretonne (ARB)

(France) Mouvement nationaliste indépendantiste, créé en 1971 comme branche armée du Front de Libération Breton (FLB) — fondé en 1963.

Ses divers courants clandestins resteront marqués par une division entre courant traditionnel droitier et courant socialiste révolutionnaire.

En 1963, les divergences entre éléments de gauche et de droite du Mouvement pour l’Organisation de la Bretagne (MOB) sur la question du terrorisme mené par l’Organisation de l’Armée Secrète (OAS) provoque l’éclatement du mouvement. C’est après cette scission qu’apparaît le FLB, que l’on attribue à une initiative d’éléments droitiers du mouvement breton. Cette même année, avec le développement du terrorisme irlandais, Yann Fouéré, militant l’emsav1 défend l’idée d’un terrorisme «à la celte ».

De 1966 à 1969, le FLB est influencé par le courant nationaliste traditionnel, ses attentats ont essentiellement une valeur symbolique.

De 1971 à 1981, parallèlement au courant traditionnel du FLB, apparaît une tendance gauchiste qui ajoute une idéologie socialiste-révolutionnaire à la dimension nationaliste. Les attentats prennent de l’ampleur.

De 1981 à 1996, l’ARB est affaiblie par l’action des forces de l’ordre mais aussi par l’absence de soutien doctrinal et idéologique.

Le FLB commence ses activités véritablement violentes dès 1966, mais celles-ci restent de valeur symbolique. Mais c’est durant la deuxième moitié de l’année que le FLB se structure en organisation militaire. En 1967, le mouvement se scinde en deux tendances :

  • Armée Républicaine Bretonne (ARB), créée par Lucien Divard qui couvre dès la fin de l’année la Loire-Atlantique et les Côtes du Nord ;
  • Front de Libération de la Bretagne (FLB) de René Vaillant, dont l’action se concentre au sud de la Bretagne.

A la fin 1967, à Ploemeur, les compétences territoriales de deux branches sont coordonnées. Puis, en 1968, un état-major conjoint FLB-ARB est constitué, dont la façade officielle est le Comité National de la Bretagne Libre (CNBL), dont le siège est à Dublin (Irlande). Le CNBL permet ainsi aux Bretons d’engager des contacts d’autres groupes celtiques, dont l’ ► Irish Republican Army (IRA), l’ ► Irish National Liberation Army (INLA) et la Free Wales Army (MAC).

Structure

En 1968, le FLB est organisé de manière militaire. Il compte cinq « kevrennoù » (divisions), subdivisées en « bagadoù » (groupes), eux-mêmes subdivisés en « strolladoù » (commandos). Les commandos de 3-5 hommes sont dirigés par un « caporal ».

Armee Revolutionnaire Bretonne (ARB)_Organisation militaire du FLB-ARB (1968)

[Source : Le Quilliec Erwan, Les Fronts de Libération de la Bretagne, Université Panthéon-Assas Paris Il, Septembre 1997]

Au début, la discipline est militaire. L’organisation est soigneusement cloisonnée horizontalement et verticalement : les membres de l’état-major ne connaissent que les noms des chefs de kevrennoù et ceux des échelons inférieurs.

Avec le développement de l’organisation, la sélection des militants s’assouplit et, compte tenu du cloisonnement, favorise l’infiltration d’agents des forces police. En janvier 1969, l’organisation est démantelée.

Elle se manifeste par un attentat à la bombe contre un pylône de l’ORTF le 15 janvier 1974 à Roc-Rédudon, puis contre le château de Versailles en juin 1978.

En 1982, est créé le parti indépendantiste et « anticapitaliste » Emgann (« Combat e). Au début des années 90, l’ARB abrite des 1 etarras de l’ 1 Euskadi Ta Askatasuna (ETA) basque.

A la fin des années 90, l’ARB reprend le combat et mène une campagne d’attentats à la bombe contre la mairie de Belfort (30 octobre 1998), à Cintegabelle (18 juin 1999).

Principaux attentats FLB/ARB

17.06.66 Tentative d’incendie de la perception de Saint-Brieuc, (revendication FLB) 15.01.74 Attentat contre un émetteur de l’ORTF à Roc’h-Trédudon, (revendication FLB­LNS)
26.06.78 Attentat contre le château de Versailles (revendication FLB)
30.05.79 Attentat contre la villa du commissaire Le Taillanter, patron du SRPJ de Rennes, à Bréhec (revendication FLB)
10-11.83 Nouvelle vague d’attentats en Bretagne. (Revendication ARB et disparition du sigle FLB).
05.07.96 Attentat à Rennes, Cité judiciaire (revendication ARB)
14.08.98 Attentats à la bombe non revendiqués contre les gendarmeries de Liffré et Cesson-Sévigné (35)
03.10.98 Attentat à la bombe manqué et non revendiqué contre la perception de Liffré 30.10.98 Attentat à la bombe contre la mairie de Belfort (revendication ARB) 12.11.98 Attentat à la bombe contre la perception de Matignon (22) (revendication ARB) 23.12.98 Attentat à la bombe contre la Brigade de gendarmerie de Gouarec, (revendication ARB)
22.01.99 Attentat à la bombe contre une borne électrique à St-Pol-de-Léon (Revendication ARB)
26.01.99 Tentative d’attentat à la bombe contre la perception de Callac (revendication ARB)
29.01.99 Attentat à Mayenne (revendication ARB).
23.02.99 Attentat à la bombe contre un relais électrique à St-Gouéno (revendication ARB).
26.02.99 Attentat à la bombe contre la gendarmerie d’Antrain.
05.03.99 Attentat à la bombe contre la perception de Morlaix (revendication ARB) 08.03.99 Attentat à la bombe contre la perception de Paimpol (22), perception, attentat non revendiqué.
10.03.99 Attentat à la bombe contre la perception de Guichen, attentat non revendiqué. 09.04.99 Tentative d’attentat à la bombe contre la perception de La Gacilly, bombe désamorcée, attentat non revendiqué.
18.06.99 Attentat à la bombe contre la perception de Cintegabelle (revendication ARB)28.09.99 Vol de 8,5 tonnes d’explosifs par l’ETA à Plévin
05.11.99 Tentative d’attentat à la bombe contre l’Hôtel des finances de Carhaix-Plouguer (explosion provoquée) (revendication FLB).
25.11.99 *Tentative d’attentat à la bombe contre l’ANPE de Si Herblain (revendication ARB).
29.11.99 *Tentative d’attentat contre l’ANPE de Rennes (12 bâtonnets de 100 gr de dynamite) (revendication ARB).
10.12.99 Attentat à la bombe contre la perception de Callac (1 blessé léger) (attribué à l’ARB)
21.01.00 *Attentat à la bombe contre le quartier militaire de Virgen del Puerto Madrid (Espagne) (1 mort, 1 blessé)
23.01.00 Attentat à la bombe contre la mairie de La Baule (44) (non revendiquée) 11.03.00 Attentat non revendiqué à Argentré-du-Plessis (attribué à l’ARB)
19.04.00 *Attentat à l’explosif contre le Mc Donald’s de Dinan (1 mort) et tentative d’attentat à la bombe aux Chèques Postaux de Rennes

*Attentats effectués avec l’explosif volé à Plévin

(1)Emsav : (prononcer : emzao) (littéralement réveil, résurrection, ou soulèvement, mouvement (politique). Ce mot désigne traditionnellement le « mouvement breton » en général, dans toutes ses acceptions. Il recouvre des lectures très différentes du mouvement breton.