Artillerie et mortiers

Artillerie et mortiers

En Europe, seule l’IRA Provisoire, dispose d’ateliers clandestins capables de concevoir et de réaliser des bombes et des armes sophistiquées. Outre des détonateurs et déclencheurs électroniques sophistiqués et des bombes, l’IRA a développé, dès le début des années 70, une lignée de mortiers, dont certains avec mise à feu à distance. Les modèles de mortiers les plus connus sont :

  • Le Mk 1 (mortier), utilisé pour la première fois en mai 1972, qui projetait des grenades de calibre 50 mm remplies de 300 g d’explosif plastique commercial, propulsée par une cartouche de .303 placée dans un tube d’acier. L’explosion à l’impact était possible grâce à une cartouche de .22 placée dans un détonateur normal. L’engin était déclenché par une détente, à la manière d’un fusil. Il n’est plus utilisé depuis la fin 1972.
  • Le Mk 6 (mortier), qui l’aboutissement d’une série de mortiers de calibre 60 mm d’une portée de 1200 m.
  • Le Mk 10 (mortier), qui projetait à 300 m un obus fait à partir d’une bouteille d’acétylène d’un calibre de 152 mm, dont les extrémités avaient été coupées jusqu’à une longueur de 1,4 m, et contenant environ 11 kg d’explosif improvisé. C’est ce type de mortier, monté sur un camion, qui a été utilisé pour l’attentat du 7 février 1991 contre 10 Downing Street, résidence du premier-ministre John Major. Une photographie du Mk 10 a été retrouvée par la police espagnole en 2000, mais aucune attaque de l’ETA avec ce type de mortier n’a été enregistrée.
  • Le Mk 12 (mortier), dont des exemplaires ont été trouvés le 20 juin 1996 dans leur « fabrique » à Clonaslee (comté de Loïs, Irlande).
  • Le Mk 15 (mortier), également appelé «barrack buster» (« destructeur de casernes »), dont des copies sont utilisées par les ► Forces Armées Révolutionnaires de Colombie (FARC) depuis 1998. Ce modèle de mortier, initialement développé par la Libye, a été copié et modifié par l’IRA, et sa technologie a été fournie à l’ETA basque, qui l’aurait transmis à l’ELN opérant au Nicaragua et au Panama. Les plans de l’engin ont finalement été fournis aux FARC par l’ELN et l’IRA. Le Mk 15 se compose de six tubes, soudés sur une remorque de camion, projetant des obus contenant chacun 20 kg d’un explosif improvisé à base de nitrate d’ammonium. La mise à feu est télécommandée. Le 7 août 2002, les FARC ont tiré 19 projectiles au moyen de mortiers Mk 15 contre le palais présidentiel à Bogota, lors de l’intronisation du président Alvaro Uribe, faisant 21 morts.
  • Le Mk 16 (mortier), qui est un mortier à trajectoire tendue, utilisé en décembre 1996 contre une base de l’armée britannique, au nord de Belfast.
  • Le Mk 17 (mortier), réputé l’un des mortiers les plus meurtriers de l’IRA, fabriqué à la frontière de l’Irlande, a été testé au feu au début 1996 dans les comtés de Louztth et Monaghan. Il est monté sur la plate-forme arrière d’un camion. Il a été utilisé en août 1996 contre la caserne « Québec » de l’armée britannique à Osnabrück, en Allemagne.
  • Le Mk 18 (mortier), qui répond aussi au surnom de «barrack buster» qui projette un obus composé de deux bouteilles de gaz soudées ensemble. Au début 2002, une attaque des FARC contre un village a fait quelque 115 morts.
  • Le Mk 19 (mortier), de calibre 120 mm, identifié pour la première fois en mai 2000, grâce à la défection de son concepteur. Il a été utilisé contre le pont de Hammersmith à Londres, quelques jours après avoir été testé avec succès contre une caserne britannique à Rosslea (comté de Fermanagah) (12 avril 2000).