AUM Shinri Kyo (AUM)

Autres appellations :
AIC Sogo Kenkyusho
AIC Comprehensive Research Institute
AUM Vérité Suprême

Autres appellations US:
Aum Shinrikyo (AUM)
A.I.C. Comprehensive Research Institute
A.I.C. Sogo Kenkyusho
Aleph
Aum Supreme 

AUM Shinri Kyo

(Japon) (AUM est un acronyme sanscrit de: Création, Entretien, Destruction et symbolise les puissances de destruction et de création de l’univers, « Shinri Kyo » signifie « Vérité Suprême ») Secte japonaise créée en 1984 par Shoko Asahara, sous le nom de « Oumu Shinsen no Kaï », puis devenue, en 1987 « Oumu Shinri Kyo ».

En août 1989, la secte s’inscrit au registre des religions et acquiert un statut légal au Japon. Après les attentats de 1995 et en vertu d’une loi d’octobre 1995, la secte AUM est dissoute comme organisation religieuse le 31 janvier 1996, mais n’est pas interdite. Son chef spirituel est► Shoko Asahara (de son vrai nom Chizuo Matsumoto) emprisonné et en cours de procès sous 17 chefs d’inculpation.

AUM est également poursuivie pour divers autres meurtres, comme celui de Tsutsumi Sakamoto, un avocat anti-sectes, qui avait découvert et s’apprêtait à dévoiler le mensonge d’Asahara, qui affirmait que l’Université de Kyoto avait découvert des caractéristiques unique de son ADN devant « stimuler ses pouvoirs spirituels ». Sakamoto a disparu en novembre 1989 avec sa femme et leur enfant. Les trois corps seront découverts en septembre 1995.

Le 18 janvier 2000, afin de modifier son image, AUM se rebaptise « Aleph » et déclare se distancer de son chef spirituel. La Secte ne comporte officiellement plus de gourou, mais un représentant, Tatsuko Muraoca, qui n’a jamais été emprisonné, épaulé par Fumihiro Joyu remis en liberté le 29 décembre 1999 après trois mois de prison.

La secte reste sous surveillance policière. Le 2 décembre 2002, l’Agence d’Investigation pour la Sécurité Publique japonaise a demandé l’extension pour trois ans de la surveillance policière de la secte Aleph.

Au début février 2003, les autorités du Kazakhstan ont arrêté le responsable local de la secte Aleph, Vladimir Kamenev, pour prosélytisme.

Organisation

Ses cadres sont issus des académies militaires ou des universités les plus prestigieuses du Japon. Elle disposerait d’un capital de 1,2 milliard de dollars et compterait 10 000 membres au Japon, quelque 20 000 adhérents en Russie et environ 65 000 au plan mondial.

Doctrine

Sa doctrine est essentiellement issue des visions de son gourou Asahara, qui reste la figure messianique du mouvement malgré son incarcération. Elle est imprégnée de divers courants philosophiques et religieux comme l’hindouisme, le bouddhisme tibétain et le christianisme. Elle est proche des influences millénaristes et envisage l’émergence d’une élite spirituelle à l’issue d’un conflit apocalyptique.

L’enseignement d’Asahara est basé sur une succession d’affirmations d’origines religieuses diverses : notamment que Shiva, dieu hindou de l’illumination et de la destruction, gagnait en influence, et sur le fait que lui-même matérialisait le retour du Christ sur terre, ainsi qu’il est écrit dans le « Livre des Révélations » de l’apôtre Jean. Basant ses propos sur les prédictions de Nostradamus, Asahara affirmait que le Japon serait touché par de nombreux désastres naturels et nucléaires entre 1996 et 2000, laissant seulement 10% de l’humanité en vie. Il affirmait avoir voyagé en l’an 2006 et ainsi vu les conséquences de la troisième guerre mondiale.

En fait, la secte AUM, catégorisée comme mouvement terroriste, n’a pas le comportement typique d’un mouvement terroriste. Alors que les mouvements terroristes — quelle que soit leur orientation — mènent un combat de longue durée au moyen d’une succession d’attaques d’importance variable, AUM ne cherchait pas réellement une confrontation, mais l’accélération d’un processus. Techniquement, les divers attentats de la secte n’ont été, en fait « que » des essais pour la mise au point d’armes de destructions massives. La finalité de l’action de la secte AUM était de déclencher un conflit — de toutes façons, inéluctable — qui aurait rapidement abouti à un holocauste nucléaire et aurait ainsi précipité la venue de l’apocalypse, à laquelle les membres de la secte auraient dû survivre et devenir une race « élue ».

Cette caractéristique rend ce mouvement fondamentalement différent d’autres mouvements terroristes religieux (comme le ► Hamas ou ► al-Qaïda) qui ne cherchent en aucun cas la destruction de l’humanité, mais ont des objectifs d’ordre politique.

Technique et opérations

Disposant de laboratoires et de personnel spécialisé, AUM s’est attachée à mettre sur pied un arsenal chimique et nucléaire. Elle a cherché à exploiter des mines d’uranium en Australie et à acheter des ogives nucléaires en Russie auprès de la ► Mafiya, avant de s’engager dans la voie de l’arme chimique.

Dans le domaine des armes bactériologiques, AUM a tenté d’acquérir des souches de botuline et d’anthrax, mais ses efforts se sont soldés par des produits inoffensifs.

En matière d’armes chimiques, ses chimistes ont produit et testé dès 1993 en Australie divers produits toxiques (VX, phosgène et cyanure) et, en 1995, elle se rend célèbre par un attentat au gaz Sarin dans le métro de Yokohama (5 mars) et un autre dans le métro de Tokyo (20 mars), qui fait 12 morts et près de 5 000 blessés. Au total, la capacité de production de la secte AUM aurait pu donner la mort à plus de 4,2 millions de personnes.

En octobre 2001, le Département d’État américain ajoute le la secte AUM à la liste des Organisations Terroristes Etrangères.

Corrélat : ► Organisations terroristes