Avertissement

La présente base de données rassemble les descriptions des principaux mouvements terroristes ou violents actuels. Parmi les milliers de groupes armés et violents actuellement actifs sur notre planète un choix a dû être fait. En raison de l’actualité, l’accent a été porté sur le terrorisme islamiste, sans ignorer toutefois les autres groupes armés.

L’auteur réprouve l’usage de la violence contres des innocents, quelles qu’en soient les raisons. L’objectif de cette base de données n’est pas de juger les raisons qui animent la violence mais d’expliquer. Le terrorisme – et la violence en général – est un sujet chargé en émotions et sa perception peut difficilement être sereine.

Pour cette raison, cette base de donnée se limite à fournir des informations techniques. Le terme “terroriste” n’est pas compris comme un jugement de valeur, mais décrit une méthode. Ainsi, il n’ y a pas ici de préjugé contre une cause – quelle qu’elle soit – et sa légitimité n’est est pas remise en question ici. Il appartient à l’internaute de porter son propre jugement sur la légitimité de ces causes et des méthodes utilisées pour les promouvoir.

Une lutte efficace contre le terrorisme ne peut se limiter à combattre les terroristes sans se pencher sur les causes et les raisons qui les poussent. Personne ne naît terroriste et nous sommes parfois aveugles sur les conditions extérieures – et parfois les injustices – qui conduisent certains à tuer pour faire valoir leur point de vue. Le terrorisme ne pourra vraiment être vaincu que lorsque nous aurons l’esprit suffisamment ouvert pour détecter – et prévenir – l’apparition de conditions qui génèrent ce type de violence.

Expliquer et comprendre ne signifie pas accepter ou cautionner, mais tenter de combattre le terrorisme sans combattre les préjugés qui l’entourent est un exeercice vain. Il faut regarder le terrorisme dans les yeux, même au prix de remettre en question des jugements faciles et les formules toutes faites. L’échec des armées occidentales en Afghanistan et en Irak a pour cause notre refus de comprendre les divers mouvements violents et de n’essayer de les saisir qu’avec notre propre logique.