Boko Haram (BH)

Boko HaramBoko Haram

Autre appellation:
Jama’atu Ahlul Sunna Li-Da’awati wal-Djihad (Groupe des Compagnons de la Sunnah pour la Prédication et le Djihad)

Autre appellation:
Jama’atu Ahlul Sunna Li-Da’awati wal-Djihad (Groupe des Compagnons de la Sunnah pour la Prédication et le Djihad)

Autres appellations US :
Boko Haram
Jama’atu Ahlis Sunna Lidda’awati wal-Jihad
Jama’atu Ahlus-Sunnah Lidda’Awati Wal Jihad
Nigerian Taliban
People Committed to the Prophet’s Teachings for Propagation and Jihad
Sunni Group for Preaching and Jihad

Internet:
Boko Haram

(Nigeria) (“L’éducation occidentale est interdite”) Secte islamiste créée en 2002 par Mohamed Youssouf qui est tué en 2009 par les forces de sécurité nigérianes. La conduite du mouvement est alors assurée par son second, Abubakar Shekau (« Imam Abou Mohammad Ibn Mohammad Abubakar al-Shakawi »), qui communique par vidéos sur internet en se mettant en scène de manière très théâtrale (souvent en s’inspirant des vidéos présentées par Oussama Bin Laden) et prononçant des allocutions parfois difficilement compréhensibles.

Boko Haram - Action Zones 2009-13

Dès 2009, le groupe semble dévier de sa posture « religieuse » pour adopter un comportement de tendance criminelle, qui exploite la terreur pour contrôler les zones situées au nord du Nigeria et au sud du Sahel. Malgré une symbolique sunnite et des directives imposées dans les zones qu’elle contrôle, qui rappellent les mouvements salafistes du Proche – et Moyen-Orient, son idéologie semble très faible et être utilisée pour masquer – et justifier – des exactions diverses. Il impose son pouvoir sur les populations locales davantage par la violence et la brutalité que par une démarche de nature idéologique ou religieuse. En cela, bien qu’il soit généralement associé à d’autres mouvements islamistes du Moyen-Orient (comme « Al-Qaida »), il en diffère fondamentalement et son comportement s’apparente plutôt à celui de la ► Lord’s Resistance Army (LRA) (qui opérait en Ouganda, Sud-Soudan, République Démocratique du Congo et Centrafrique).

Le 12 mai 2014, le groupe a revendiqué l’enlèvement de 223 jeunes filles à la mi-avril, qu’il aurait converti à l’Islam. Sa brutalité du groupe vise à intimider les forces de sécurité et toute entité qui chercherait à le contrer. Cette stratégie – très coûteuse en vies humaines et exactions de tous genres – a permis au groupe d’échapper à la justice nigériane.

Le groupe ne présente pas de structure identifiable. En fait, il semble qu’à part un leader charismatique, il n’y ait pas de structure de conduite clairement définie et les divers groupuscules répartis dans les zones opérationnelles ont une grande liberté d’action, voire agissent de manière autonome. Cette absence de structure de conduite rend le groupe très difficilement détectable et presque totalement imprévisible, ce qui contribue à sa dangerosité.

Le 25 août 2014, le chef du groupe a annoncé son allégeance à l’émir de l’►Etat Islamique (EI) et l’intégration de son territoire au ►Califat (anoncé par ce dernier à la fin juin 2014).

Corrélat : ► Organisations terroristes