Comité de Solidarité aux Prisonniers Politiques Arabes (CSPPA)

(France) Groupe terroriste chiite créé au début des années 80 en France comme antenne européenne du Hezbollah libanais. Il est dirigé par Fouad Ali Salah, islamiste sunnite converti au chiisme d’origine tunisienne, formé à l’université religieuse de Qom (Iran) de février 1981 à juin 1982. Dès son retour en France, en liaison avec le Hezbollah libanais, il organise son groupe. Ce dernier apparaît, en fait, avec les premiers attentats de 1985. Il disparaîtra avec l’arrestation de son chef, le 21 mars 1987.

Attentats du Comité de Solidarité aux Prisonniers Politiques Arabes (CSPPA)

Première vague
07.12.85 Galeries Lafayette (37 blessés)
07.12.85 Printemps (5 blessés)
03.02.86 Galerie du Claridge (8 blessés)
03.02.86 Tour Eiffel (pas de victime)
04.02.86 Librairie Joseph Gibert (7 blessés)
05.02.86 Fnac Sport (32 blessés)

Deuxième vague
17.03.86 TGV Paris-Lyon (5 blessés)
20.03.96 Galerie Elysée-Point Show (2 morts et 4 blessés)
20.03.86 RER Châtelet (pas de victime).

Troisième vague
04.09.86 RER gare de Lyon (pas de victime)
08.09.86 bureau de poste de l’hôtel de Ville (1 mort et 22 blessés)
12.09.86 Cafétéria La Défense (54 blessés)
14.09.86 Pub Renault (2 morts et 1 blessé)
15.09.86 Préfecture de Police (1 mort et 60 blessés)
17.09.86 Magasin Tati, Rue de Rennes (7 morts et 54 blessés)

Les revendications du CSPPA ne concernaient pas seulement des prisonniers chiites, mais également des Arméniens (comme Varoujian Garbidjian, de l’ ► Armée Secrète Arménienne de Libération de l’Arménie (ASALA) avaient comme objectif tactique la libération d’► Annis Naccache et de ► Georges Ibrahim Abdallah, mais cachaient probablement un objectif stratégique, poursuivi par l’Iran, afin d’amener le gouvernement français à infléchir son soutien à Saddam Hussein et à cesser l’approvisionnement en armement à l’Irak, soit agir de même avec l’Iran.

Le 23 juillet 1987, afin d’obtenir la libération d’autres membres du ► réseau Salah, un militant du Hezbollah, ► Hussein Hariri, détourne un DC 10 d’Air Afrique entre Rome et Paris.