Djihad Islamique Palestinien (DIP)

Autres appellations:
Djihad Islamique – Jerusalem
Djihad islamique de Palestine
Djihad islamique — Faction palestinienne
Mouvement du Djihad Islamique en Palestine

 Jihad islamique palestinien (JIP)(?)

Autres appellations US:
Palestine Islamic Jihad – Shaqaqi Faction (PIJ)
Palestine Islamic Jihad, PIJ
Abu Ghunaym Squad of the Hizballah Bayt al-Maqdis
Al-Awdah Brigades
Al-Quds Brigades
Al-Quds Squads
Islamic Jihad in Palestine
Islamic Jihad of Palestine
PIJ-Shallah Faction
PIJ-Shaqaqi Faction
Saraya al-Quds

Internet:
“Islamic Jihad” Palestine

Sarayat Al-Qods(Palestine / Israël) (Harakat al-Djihad al­Islami fi Filastin) Mouvement radical islamiste palestinien de tendance sunnite, issu des ► Frères Musulmans et créé par des étudiants de l’Université Islamique de Gaza en 1982. Il devient effectivement opérationnel sous la conduite de ► Fathi Abd al-Aziz al-Shiqaqi et Cheikh ► Abd el-Aziz Awdah. Le DIP se présente comme un ensemble de groupuscules plus ou moins liés entre eux et est divisé en un courant pro-iranien et un courant pro-irakien.

Le DIP est souvent considéré comme la branche palestinienne du ► Djihad Islamique Egyptien. Il est formellement un membre de l’ ► Organisation de Libération de la Palestine (OLP) et est représenté au Conseil Central de l’OLP. Depuis la mort de Fathi Shiqaqi, le DIP est dirigé par le Dr ► Ramadan Abdallah Shalah, secrétaire-général du mouvement, basé à Damas. Ses effectifs sont évalués évalués à 300-400 combattants (2003).

Son objectif est la « libération » de la Palestine historique, qui passe par la création d’un état islamique palestinien, dont la capitale serait Jérusalem, et la destruction de l’Etat d’Israël. Il prône une « Palestine — du fleuve [Jourdain] à la mer — un pays arabe, islamique dont la loi interdit de céder un pouce de son territoire. »(3) Toutefois, bien qu’il milite pour la libération de l’ensemble de la Palestine, ses objectifs actuels sont plus limités. En mai 2002, Shalah affirmait : « Avec l’actuelle Intifada, toutes les factions palestiniennes y compris le Djihad Islamique s’accordent à dire que l’objectif de la résistance palestinienne aujourd’hui est de refouler inconditionnellement l’occupation israélienne de Cisjordanie et de Gaza. »(4)

Il s’oppose également aux pays arabes modérés, considérés comme occidentalisés, corrompus et contaminés par le laïcisme occidental. Son quartier-général est situé à Amman (Jordanie). Son chef spirituel reste son fondateur, le Cheikh Asaad Bayoud al-Tamimi, emprisonné à vie en Israël. Il entretient des contacts étroits avec le ► Hamas.

En décembre 1992, l’expulsion par le gouvernement Rabin de 415 militants islamistes palestiniens — dont une cinquantaine de membres du DIP — vers le Sud Liban aurait consolidé les liens entre le DIP et le ► Hezbollah. Toutefois, malgré la similitude de leurs noms et le lien de la lutte contre Israël, le Djihad Islamique libanais et le Djihad Islamique Palestinien sont des organisations distinctes. Outre le fait que l’un soit chiite et l’autre sunnite, leurs objectifs sont différents : le DI libanais lutte essentiellement — comme le Hezbollah — pour la restitution des territoires libanais occupés par Israël, alors que le DIP lutte pour la libération des territoires de Gaza et de Cisjordanie.

Structures

Sarayat Al-QodsEn 1992, le futur martyr ► Mahmoud al-Khawaja réorganise les combattants du DIP en une structure militaire : la Compagnie de Jérusalem (Sarayat al-Qods) qui constituera le bras armé du mouvement, et l’un des groupes d’action palestiniens les plus importants et les plus virulents.

Le DIP est essentiellement présent dans la Bande de Gaza et dans la région de Jénine.

Opérations

Le DIP est actif en Israël, en Cisjordanie, dans la bande de Gaza et dans d’autres régions du Moyen-Orient, notamment au Liban et en Syrie. Ses méthodes d’action sont variées et comprennent l’attentat à l’arme blanche, à la voiture-bombe et l’attentat-suicide (surtout depuis 1994).

Le 26 octobre 2000, la Sarya al-Qods le revendique le premier attentat-suicide de la deuxième Intifada, cinq ans jour pour jour après l’assassinant de Fathi Shiqaqi. Depuis, le DIP a revendiqué 25 attentats à la bombe.

Selon ► Thabet Mardawi,(6) le Dr Ramadan Shalah a ordonné un arrêt des attentats du Djihad Islamique en Israël après le 11 septembre 2001, afin qu’il ne puisse pas y avoir d’amalgame entre Al-Qaïda et l’organisation palestinienne. Ce n’est qu’après l’élimination par Israël de Raed Mahmoud Raef Karmi, des ► Brigades des Martyrs d’al-Aqsa, en janvier 2002, que le DIP a repris ses attentats en Israël.

Le 5 mai 2002, un « martyr » a fait sauter sa voiture près d’un autobus à proximité du croisement de Megiddo, dans le Nord d’Israël, tuant au moins 17 Israéliens et en blessant des douzaines d’autres.

La proposition du Hamas du 22 décembre 2001 d’arrêter les attentats-suicides n’a pas été suivie par le DIP. Le DIP est l’un des mouvements palestiniens qui a refusé de se soumettre à la trêve proposée par la « feuille de route » en 2003.

Factions du Djihad Islamique Palestinien

  • Brigades du Martyr Fathi Shaqaqi (Kataeb al-Shahid Fathi Shaqaqi)Les Brigades du Martyr Fathi Shaqaqi (Kataeb al-Shahid Fathi Shaqaqi) qui comprend l’unité Sarayat Mounahid al­-Mout’. Cette faction apparue récemment, pourrait avoir pris la succession de la Compagnie de Jérusalem.
  • Faction Djabar Amar — Dirigée par Djabar Amar. Arrêté par les Israéliens, il est emprisonné. Relâché en 1983, il s’expatrie au Soudan où il entretient une faction du Djihad Islamique active au Soudan et en Egypte

Corrélat : ► Organisations terroristes

(3)« Introduction to the movement and its vision », www.qudsway.com.
(4)Ibrahim Hamidi, « Islamic Jihad reiterates possibility of end to attacks on civilians », Daily Star, Beyrouth (16.05.2002)