Ejército Guerrillero Tupac Katari (EGTK)

(Bolivie) (Armée de Guérilla Tupac Katari) Mouvement de guérilla d’extrême gauche bolivien issu du Mouvement Révolutionnaire Tupac Katari(1) de Libération (MRTKL), fondé en 1978, dirigée par Felipe Quispe surnommé « el Mallku » (1990).

Actif dans l’Altiplano, il s’est attaqué à des églises mormones d’origine américaine et des installations de l’USAID(2), il ne comptait qu’une centaine d’activistes.

Le mouvement est démantelé par les forces de sécurité boliviennes. Le 27 mars 1992, Raul Garcia et Sylvia Alarcon, principaux lieutenants de Quispe sont arrêtés. Quispe est arrêté à son tour et incarcéré durant cinq ans. A sa sortie de prison, lors du congrès national du 29 novembre 1998, il est nommé secrétaire exécutif de la Confédération Syndicale Unique des Travailleurs Paysans de Bolivie (cSUTCB). « Mallku » fonde alors son propre parti politique, le Mouvement Indigène Pachacuti (MIP), à la tête duquel il participe aux élections.

L’EGTK est considérée comme inactive depuis 1992.

(1)Il tire son nom du révolutionnaire bolivien du XVIIIe, Julián Apasa, dit Tupac Katari. Capturé après le siège de la Paz, il sera écartelé par les Espagnols le 15 novembre 1781.
(2)Organisation d’entraide humanitaire américaine.