Forces Démocratiques pour la Libération du Rwanda (FDLR)

Forces Democratiques pour la Liberation du Rwanda (FDLR)AKA:
Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR)(?)
Democratic Forces for the Liberation of Rwanda(?)

(RDC/Rwanda) Organisation politico-militaire créée en mai 2001, qui lutte contre le Front patriotique rwandais (FPR) au pouvoir au Rwanda depuis 1994. Ses membres sont des rescapés de la destruction des camps de réfugiés rwandais de l’est de la RDC en 1996-1997. Les FDLR sont en fait les héritiers du Rassemblement Démocratique des Réfugiés pour le retour au Rwanda (RDR), créé en 1995 dans les camps de réfugiés hutus rwandais à l’est de la RDC avec le soutien des ex-Forces Armées Rwandaises (FAR) et miliciens Interahamwe(1).

Lorsque l’armée rwandaise est entrée en RDC en 1996 et a démantelé ces camps, un nombre estimé à 5 000 miliciens du RDC se sont réfugiés dans le Masisi (Nord-Kivu) et ont créé l’Armée pour la Libération du Rwanda (ALIR).

A la suite d’une insurrection dans le nord-ouest du Rwanda en 1997-98 déclenchée par l’ALIR et durement réprimée par le gouvernement rwandais, l’ALIR II est créée, qui engendrera à son tour les FDLR.

Le FDLR est essentiellement déployé dans le parc des Virunga, à la frontière entre el Rwanda et la RDC, dans la région d’Ubembe et dans la plaine de Ruzizi à la frontière avec le Burundi. Dans une déclaration du 31 mars 2005, le FDLR a accepté de déposer les armes et devenir une force politique, à condition de bénéficier d’un suivi international afin d’assurer leur sécurité. Malgré une décision du Conseil de Sécurité des Nations Unies du 4 octobre 2005, aucun mesure n’a pu être prise. Le FDLR reste le principal adversaire des forces de Laurent Nkunda dans l’Est de la RDC.

Les FDLR sont dirigées par le Dr. Ignace Murwanashyaka, arrêté en Allemagne en avril 2006, puis relâché.

(1)Egalement appelés « génocideurs », ces miliciens sont généralement considérés comme responsables du génocide rwandais de 1994.