Front de Libération Nationale Corse – Union des Combattants (FLNC-UC)

Autres appellations :
Union des Combattants

(France/Corse) Groupe issu du ► Front de Libération Nationale Corse (FLNC). Il est apparu le 25 novembre 1999 et le FLNC du 5 mai, Fronte Ribellu, Clandestinu, et FLNC-Canal Historique. Le 13 décembre 2002, il annonce une « suspension effective des actions politico-militaires » afin de donner une chance au dialogue politique. Il reprend le combat le 11 juillet 2003, (mais l’annonce le 18 juillet) après l’arrestation d’Yvan Colonna, chef nationaliste soupçonné d’avoir participé activement à l’assassinat du préfet Erignac le 6 février 1998 et le retrait de huit élus de Corsica Nazione — considérés comme proche du FLNC — de l’Assemblée Territoriale corse.

En octobre 2002, des dissensions apparaissent au sein du FLNC-UC et, le 7 décembre 2002, le FLNC du 5 mai, ► Fronte Ribellu et Clandestinu annoncent leur retrait du mouvement. Dans une conférence de presse clandestine tenue dans le maquis en 2007, le FLNC-UC se déclare prêt à abandonner la lutte armée à condition que le gouvernement français reconnaisse la réalité du peuple corse.