Front Démocratique de Libération de la Palestine (FDLP)

Autres appellations:
Bataillons de l’Etoile Rouge
Force de l’Etoile Rouge
Front Démocratique de Libération de la Palestine — Faction Hawatmeh
Front Démocratique Populaire de Libération de la Palestine (FDPLP)

Front Democratique de Liberation de la Palestine (FDLP)(Israël/Palestine) (Jebhah al-Demoqratiya li­Tahrir Filastin) Fondé initialement sous le nom de Front Démocratique Populaire de Libération de la Palestine (FDPLP) (Jebhat ech-Cha’abiya ed­Demoqratiya li-Tahrir Falestin) et dirigé par Nayef Hawatmeh, son quartier-général est basé dans la plaine de la Beka’a, et il compte environ 3 000 activistes. Il opère principalement au Liban et dans les territoires occupés par Israël, et bénéficie du soutien de la Syrie et de la Libye.

En dépit de ses critiques envers Yasser Arafat, le FDLP continue à soutenir l’unité de l’OLP. Il est représenté au sein du Comité Exécutif de l’OLP par Taïsir Khaled (alias Mahmoud Odeh). Il accepte l’idée de l’existence d’une nation juive, mais insiste sur le rôle de l’Etat hébreux pour instituer une vraie démocratie.

Historique

Formé par des déçus de la politique du Fatah, conduits par ► Nayef Hawatmeh. Il se sépare du FPLP en mai 1969. 11 est de tendance maoïste et moins nassériste que le FPLP et s’oppose à l’internationalisation du terrorisme et a concentré ses opérations en Israël même. Il est notamment responsable du spectaculaire et controversé massacre de l’école de Ma’alot (Israël) en 1974. Il change de nom en août 1974, et devient le FDLP.

Largement impliqué dans les luttes intestines du mouvement palestinien, il s’oppose violemment au ► Front Populaire de Libération de la Palestine (FPLP) et s’est attaqué à la Jordanie et à l’Egypte. Il entretient des relations avec Cuba, la Chine Populaire, l’Irak et, autrefois, avec l’URSS. L’Irak lui apporte un soutien financier jusqu’en 1974. Après le massacre de Ma’alot, c’est la Libye qui soutient le FDPL. En 1991, il se scinde en deux factions: l’une pro-syrienne dirigée par Hawatmeh — qui rejoint l’opposition en Syrie — et l’autre plus favorable à Arafat, dirigée par Yasser Abd Rabbou.

La faction Abd Rabbou approuve les négociations avec les Etats-Unis entamées par le chef de l’OLP. En juillet 1999, le FDLP s’est déclaré ouvert à des négociations en vue de rejoindre le mouvement de Yasser Arafat et le processus de paix. Elle s’est développée comme un mouvement réformiste au sein de l’OLP dès les années 1990-91 et forme l’Union Démocratique Palestinienne (Al-Iltihad al-Dimuqrati al­Filastini — FIDA), qui s’est affirmée dès 1993.

Structures

Le FDLP comporte un Congrès National, qui assure les fonctions exécutives ­mais qui ne s’est réuni que deux fois en août 1970 et en mai 1981 — dirigé par le secrétaire général du mouvement ; un Comité Central, qui assure les fonctions législatives et élit le secrétaire général ainsi que les membres du Bureau Politique ; et le Bureau Politique, qui assure les fonctions législatives lorsque le Comité Central ne siège pas.