Garde des Volontaires Serbes (SDG)

Autres appellations:
Groupe Arkan Tigres

Garde des Volontaires Serbes(Serbie) Groupe paramilitaire issu des ► Aigles Blancs, créé en 1992 par ► Zeljko Raznatovic (« Arkan ») et dirigé par Branislav Pelevic. Tout d’abord intégré au Ministère de l’Intérieur, le groupe utilise les installations d’instruction de la police d’Erdut, en Slavonie Orientale, puis devient une unité spéciale affectée au Corps Srem­Baranja. Il opère en Croatie, puis en Bosnie et en Slavonie Orientale entre avril 1992 et avril 1996. On estime à 1 400 le nombre de ses victimes durant cette période.

La SDG semble avoir été très proche des Bérets Rouges, l’unité spéciale de la police serbe (SAJ).

Dès 1995, le Service de Sécurité de l’Etat (Sluzba Drzavne Bezbednosti SDB) commence à lutter contre les groupes militaires « incontrôlés » et élimine Aleksandar Knezevic, Bojan Banovic, Banc Grebenarevic, Zoran Dimitrov-Zuca, et Nebojsa Djordjevic, lieutenants d’Arkan(1). Les effectifs du SDG s’élèveraient à quelques dizaines de combattànts, mais pourraient atteindre 3 000 en cas de mobilisation.

En janvier 1998, la présence du Groupe Arkan est rapportée au Kosovo. Il en est chassé par l’intervention occidentale. Après la guerre, le statut des SDG reste peu clair et il semble que l’organisation se soit transformée en groupe criminel. En mars 2003, le Premier ministre serbe Zoran Djindjic est assassiné. Le principal accusé est l’ancien commandant de l’Unité des opérations spéciales de la police (SAJ), le colonel Milorad Lukovic (alias « Legija » en raison de son passé dans la Légion Étrangère française) et ancien membre de la SDG.