Groupe Islamique Combattant en Libye

Autres appellations :
Groupe Islamique Libyen
Groupe Combattant Libyen
Al-Jama’a al-Islamiyah al-Muqatilah fi-Libya
 (Groupe Islamique Combattant Libyen)

Autres appellations US:
Libyan Islamic Fighting Group (LIFG)

(Libye) (Al-Jama’a al-Islamiyah al-Muqatilah fi-Libya) Mouvement islamiste radical, opposant au régime du colonel Khaddafi. Il est apparu en 1995, créé par des Libyens « afghans » ayant combattu les Soviétiques en Afghanistan. Il est dirigé par Abdullah Sadddek (fin 2001).

En juin 1995, le mouvement s’affronte durement aux forces de sécurité. Il déclare Kaddhafi « non-islamique » et aurait tenté de le renverser en septembre 1996(1). La tentative déclenche une répression féroce, qui se solde par 350 terroristes et 250 policiers tués. L’un de ses membres, « Anas el-Liby » (alias Nazih Abdul Hamed Al-Raghie), aurait obtenu l’asile politique en Grande-Bretagne et aurait habité à Manchester jusqu’en mai 2000.(2)

Le groupe se divise en deux courants, l’un strictement anti-Kaddhafi, l’autre aligné sur le djihadisme international. Ses membres — quelques centaines — sont principalement actifs au Moyen-Orient et en Europe, notamment en Grande­Bretagne(3).

Il est porté sur la liste des mouvements terroristes de l’Executive Order 13224(4) depuis le 24 septembre 2001 et a été rajouté, le 8 octobre 2001, sur la liste des mouvements terroristes de la Résolution du Conseil de,Sécurité des Nations Unies 1333 (2000).

Corrélat : ► Organisations terroristes

(1)Jean-Charles Brisard et Guillaume Dasquié, Ben Laden – la vérité interdite, Editions Denoël, Paris, 2001
(2)Anas el-Liby est recherché par les services américains pour sa participation aux attentats de Nairobi et de Dar-es-Salam, en 1998, et sa tête est mise à prix pour US$ 25 millions. Probablement en Afghanistan. (The Observer, 10.11.2002).
(3)The Observer (07.10.2001)
(4)L’Executive Order (décret présidentiel) 13224 du 23 septembre 2001, signé par le Président George W. Bush, a pour objectif le gel des avoirs d’individus et d’organisations politiques ou commerciales soupçonnées d’entretenir des liens avec le terrorisme international, dont Al-Qaïda. La liste des individus et organisations concernées est constamment remise à jour.