Haraka

(Philippines) (Mouvement) Groupe terroriste maoïste mal connu opérant dans l’île de Luçon. Il serait dirigé par un certain Cheikh Hamad,(1) d’origine saoudienne. Son affiliation est peu claire. Selon certains, il serait un groupe indépendant de la ► New People’ s Army (NPA), d’obédience communiste. Le fait que l’un de ses dirigeants Ahmed Santos (capturé) ait été formé dans le camp de Bushra par les Forces Armées Islamiques Bangsamoro (FAIB) — bras armé du ► Front Islamique de Libération Moro (FILM) — suggère cette affiliation. Certains de ses membres avaient déjà été pris précédemment dans un centre de formation islamiste à Anda, dans le district de Pangasinan.(2) Le Haraka est suspecté d’être lié à la mouvance d’ ► Al-Qaïda et, selon certaines informations non-confirmées, il aurait distribué des fonds provenant d’Al-Qaïda à divers mouvements du Sud-Est asiatique par l’entremise de Mohammed Jamal Khalifa, beau-frère d’Ossama bin Laden, basé aux Philippines.(3)

Le Haraka semble être lié au « Da’wah Council of the Philippines » qui coordonne les activités islamistes dans les milieux estudiantins.

Il avait un camp d’entraînement à Dueg — à proximité du village de San Clemente à 40 km de la ville de Tarlac City — démantelé par les forces de sécurité philippines le 16 mai 2002.

(1)Gulf News (04.05.2002)
(2)II s’agit de ► Dawud Muslim del Rosario Santos, ► Pio Abagne de Vera (alias lsmael de Vera), ► Marcelo Cenar Egil, ► Allan Barlagdaton (alias Al Hakim), ► Reendo Cain Dellosa (alias Habil Akmad Dellosa) et ► Angelito Trinidad  (alias Anis)
(3)Thomas H. Lipscomb, directeur du Center for the Digital Future à New York, Jewish World Review, (31.05.2002)