Harakat as-Sabirin Nasran li-Filastin (Hesn)

Harakat as-Sabirin Nasran li-Filastin (Hesn)

Autres appellations:
Harakat as-Sabeereen Nasran li-Filastin (“The Movement of the Patient Ones for the Liberation of Palestine”(?)

(Palestine) (Mouvement de Ceux qui Attendent la Victoire en Palestine) Souvent désigné par son abréviation « Hesn », qui signifie « fortification », il s’agit d’un nouveau mouvement d’obédience chiite dans la Bande de Gaza. Son logo s’inspire de celui du Hezbollah et d’autres mouvements chiites apparus en Syrie depuis 2011. La minorité chiite de la Bande de Gaza ne représente environ que 1% de la population, restée relativement à l’écart des grandes mouvances radicales sunnites telles que le Fatah et le Hamas. Mais son importance dans la lutte contre Israël a été accrue après l’offensive israélienne de 2006 contre le Hezbollah au Liban. Le développement du conflit syrien dès 2011 a favorisé l’émergence de nouvelles tendances radicales.

La création du Hesn a été annoncée par Hisham Salem – ancien commandant du secteur nord du Jihad Islamique Palestinien – en mai 2014 à l’occasion des funérailles de l’ex-directeur de la Société Islamique de l’Immanence de la Justesse (al-Baqiyat al Salihat), une organisation de bienfaisance chiite basée à Jabaliya (Bande de Gaza) et démantelée par le Hamas en 2011, comme conséquence du conflit en Syrie. Le Hesn serait composé d’un Conseil (Majlis as-Shura), d’une branche politique et d’une branche armée. Hisham Salem a été arrêté par le Hamas, qui prétend également avoir démantelé le mouvement Toutefois, le Hesn semble toujours présent et actif dans la bande de Gaza.

En dépit des affirmations israéliennes, rien ne démontre à ce stade que le Hesn soit soutenu par l’Iran. Son émergence est sans doute plus liée au conflit chiite-sunnite qui affecte le Moyen-Orient, qu’au conflit israélo-palestinien lui-même, ce qui semble infirmer les accusations répétées d’Israël concernant le soutien de l’Iran aux combattants du Hamas.