Harkat ul-Jihad-e-Islami Bangladesh (HuJI-B)

Autres appellations US:
Harakat ul-Jihad-i-Islami/Bangladesh (HUJI-B)
Harakat ul Jihad al Islami
Harakat ul Jihad Islami Bangladesh
Harkat ul Jihad al Islami
Harkatul Jihad
Harkatul Jihad al Islam
Harkat-ul-Jehad-al-Islami
HUJI-B, Harakat ul Jihad e Islami Bangladesh
IDEK

Islami Dawat-e-Kafela

(Bangladesh / Pakistan) (Mouvement du Djihad Islamique) Mouvement islamiste de tendance déobandi, issu des mouvements de combattants afghans des années 80. Créé en 1992(1), mais resté dans l’ombre jusqu’en 2000, année à partir de laquelle il est devenu actif dans la violence. Le HuJI-B est dirigé par Shawdat Osman (alias Cheikh Farid) et Imtiaz Qudduz est son secrétaire-général. Ses effectifs sont estimés à quelque 15 000 militants. Il a pour objectif l’instauration de l’autorité islamique au Bangladesh par la voie armée. Avant qu’il soit fermé par la police, le 16 juillet 2000, le quartier-général du Harkat était situé à Khilgaon, dans les environs de Dacca.

Selon des informations non-confirmées, il serait soutenu par les services de renseignements pakistanais, l’Inter-Services Intelligence (ISI). Au Pakistan, le HuJI est principalement actif dans la région du Jammu-Cachemire où il est divisé en deux factions :

  • Faction dirigée par Maulana Mouzaffar
  • Faction dirigée par Ilyas Kashmiri (également appelée Brigade 313)

Son chef Bashir Ahmed Mir (alias Hijazi) a été abattu par les forces de sécurité indiennes le 25 janvier 2007 au Jammu-Cachemire, dans le district de Doda. Il était responsable des opérations du HuJI au Cachemire.

Au Bangladesh, le HuJI disposerait de six camps dans la province de Chittagong pour l’entraînement de ses militants, mais un grand nombre de ses combattants auraient également été formé en Afghanistan, où ils ont souvent combattu comme moudjahidin. Ainsi, le mufti ► Abdoul Hannan, soupçonné dans la tentative d’assassinat contre le Premier ministre Cheikh Hasina, le 23 juillet 2000(2), avait été formé à Peshawar (Pakistan), avant d’aller combattre les Soviétiques en Afghanistan. Ils sont principalement recrutés dans les madrassas et se surnomment eux-mêmes « Bangladeshi Taliban ».

Sa principale zone opérationnelle est située le long de la côte Est du Bangladesh, du Sud de Chittagong à la frontière birmane, une zone largement connue pour ses activités de contrebande et de banditisme endémique. Il est également actif dans le secteur de l’Arakan au Myanmar, au Sud des Philippines en Asie Centrale et en Tchétchénie.

Le HuJI a intensifié ses activités subversives après que la Ligue Awami a formé le gouvernement en juin 1996. Il est à l’origine de nombreux incidents, dont la tentative d’assassinat du poète bengali Shamsur Rahman, le 18 janvier 1999.

L’une des spécialités du HuJI est l’usage d’engins explosifs improvisés, comme lors de l’attaque du 25 août 2007contre la mosquée d’Hyderabad. Il est également l’auteur de l’attentat du 13 mai 2008 à Jaipur (Inde) avec neuf explosions quasi-simultanées qui causent 61 morts et quelque 210 blessés.

Le HuJI a des liens avec les groupes terroristes du nord-est de l’Inde, parmi lesquels le ► Front Uni de Libération d’Assam (FULA), pour qui il gère des camps d’entraînement dans le secteur de Chittagong Hill Tracts. On lui prête également des liens étroits avec Al-Qaïda. Il est également étroitement lié à l’ ► Asif Reza Commando Force (ARCF), qui semble, en fait, être l’un de ses bras armés, avec le ► Jaïsh-e-Mohammad (JeM), le ► Lashkar-e-Toiba (LeT).

Harkat ul-Jihad-e-Islami Bangladesh (HuJI-B)_Camps (identifies) du Harkat ul-Jihad al-Islami (2001)

Le HuJI entretient environ 19 camps d’entrainement au Bangladesh, dont seuls certains d’entre eux offrent une formation de combat.

Le 9 mai 2002, lors d’une réunion secrète à Ukhiya, au Sud de la province de Chittagong, HuJI a tenté de fédérer plusieurs mouvements islamiques, dont les Rohingya, l’Oika Jote Islamique et le FULA.

Corrélat : ► Organisations terroristes

(1)Selon certaines informations, le HuJI aurait été formé en 1980 déjà par le ► Jamiat-i-Ulema i-Islam (JUI) et le Tabligh Jamiat Pakistan comme une « brigade internationale » des moudjahidin pour combattre les Soviétiques.