Harkat ul-Moudjahiddin (HuM)

Autres appellations :
Harakat ul-Ansar (HuA)
Al-Hadid
Al-Hadith
Al-Faran

Autres appellations US:
Harakat ul-Mujahideen (HUM)
al-
al-Faran
al-Hadid
Harakat ul-Ansar
HUA
HUM
Jamiat ul-Ansar
JUA

Harkat ul-Moudjahiddin (HuM)(Pakistan) (Mouvement des Moudjahidin) Mouvement islamiste radical de tendance déobandi basé à Mouzaffarabad, au Pakistan. Depuis la mi-2000, il est conduit par Maulana Farouk Kashmiri Khalil, combattant du Cachemire, qui a succédé au chef historique du HuM, Fazlur Rehman Khalil, devenu secrétaire-général du mouvement.

Ses effectifs sont évalués à plusieurs milliers de combattants. Il opère essentiellement dans le Jammu-Cachemire.

Historique

Le HuM a été créé en 1985 par une scission du ► Harkat ul-Jihad-e-Islami Bangladesh (HuJI-B) (Mouvement du Jihad Islamique) afin de lutter contre l’occupation soviétique. Après le départ des Soviétiques en 1989, alors dirigé par ► Sajjad Afghani (alias Sajjad Sajid), le groupe s’implique dans la question du Cachemire et entreprend de lutter contre l’Etat indien.

En 1993, il fusionne avec le Harkat-ul-Jihad-e-Islami pour former le ► Harkat ul-Ansar (HuA) destiné à coordonner l’action des islamistes pakistanais avec les opérations des moudjahidine afghans.

Il est responsable d’enlèvements de plusieurs occidentaux au Cachemire durant l’été 1995. Afin d’échapper à la désignation de mouvement terroriste par le gouvernement américain, à la fin 1997, le HuA change de nom en 1998 pour celui de Harkat ul-Moudjahiddin (HuM). Le HuM est interdit à son tour par le gouvernement pakistanais le 12 janvier 2002 et change à nouveau de nom pour celui de ► Jamiat-ul-Ansar (JuA) (Groupe des Partisans).

Une partie de ses cadres survivants des assauts américains en Afghanistan à la fin 2001 a créé un nouveau mouvement, le Harkat ul-Moudjahiddin-al-Aalami dévolu à la vengeance contre les Etats-Unis.

Opérations

Il est considéré comme le principal mouvement terroriste au Cachemire. Il opère dans le Cachemire pakistanais, en Inde (Cachemire méridional et Doda) et au Myanmar. Il compte plusieurs milliers de combattants, parmi lesquels de nombreux vétérans (afghans, pakistanais et arabes) du Djihad afghan contre les Soviétiques. Au Cachemire pakistanais, son chef opérationnel est Sadaatullah Khan.

Parmi ses principales opérations, mentionnons le détournement du vol 814 d’Indian Airlines afin de faire libérer des militants du mouvement en prison(1), en décembre 1999 ; l’enlèvement contre rançon de deux citoyens britanniques en Inde, en juillet 1995 ; l’enlèvement et l’exécution de cinq touristes occidentaux (probablement par sa faction Al-Faran), en 1995 ; enlèvement et l’exécution d’un lieutenant-colonel de l’armée indienne, en janvier 1994.

Comme pour de nombreux autres mouvements jihadistes de la région, sa popularité a été renforcée par les bombardements américains du 20 août 1998 sur Khost, habilement exploités dans les médias par la conduite du mouvement.

Comme de nombreux mouvements islamistes, il est essentiellement financé par la zakat, l’aumône traditionnelle musulmane. Apparemment, le soutien des services secrets pakistanais aurait cessé peu après les attentats du 11 septembre 2001 aux USA.

Il serait étroitement lié au réseau ► Al-Qaïda, avec lequel il exploitait certains camps d’entraînement en Afghanistan, notamment à Rish Kvor. Il faut cependant relever ici que ces mouvements ont essentiellement des activités de guérilla — et non de terrorisme en milieu occidental.

Le HuM semble entretenir des contacts réguliers avec d’autres mouvements islamistes à travers le monde, comme ► Abou Sayyaf, ► Bangsamoro Islamic Armed Forces, le ► Front de Libération Islamique Moro aux Philippines, et d’autres mouvements en Tchétchénie, en Ouzbékistan et au Tadjikistan. Il semble également que des combattants du HuM aient participé aux combats dans les Balkans. Il entretient des contacts étroits avec les Talibans afghans et avec le parti pakistanais ► Jamiat-i-Ulema i-Islam (JUI).

Corrélat : ► Organisations terroristes

(1)Suite à ce détournement, ► Massoud Azhar, ► Omar Saïed Sheikh et ► Moustak Ahmed Zargar seront libérés. Massoud Azhar recréera un nouveau mouvement : le Jaïsh-e-Mohammed Moudjahiddin-e-Tanzim