Haut Commandement du Djihad et de la Libération

(Irak) Le 2 octobre 2007, réunis dans un « Congrès d’unification » 22 groupes de résistance irakiens ont décidé de se donner une structure fédératrice et un commandement communs. Ainsi a été créé le Haut Commandement du Djihad et de la Libération (HCDL), dirigé par ‘Izzat Ibrahim ad-Douri, un ancien parent de Sadddam Hussein et membre du parti Ba’as. Le commandant en second de l’HCDL et responsable des affaires militaires est le lieutenant-général ‘Amir Muhammad Amin.

L’HCDL est une structure complexe, qui comprend un Etat-major Général et les éléments lui permettant à terme de prendre en main les rennes politiques de l’Irak.

Le Haut Commandement du Djihad et de la Libération rassemble ainsi 22 organisations et groupes de résistance :

  • Jaïsh Rijaal al-Tariqah al-Naqshbandi (Armée des Hommes de l’Ordre de Naqshbandi)(1) ;
  • Front Populaire Patriotique pour la Libération de l’Irak ;
  • Haut Commandement des Moudjahiddine en Irak, qui regroupe les phalanges suivantes :
    - Kataeb al-Farouk(2),
    - Kataeb al-Abbas.
  • Jaïsh al-Faris (Armée des Chevaliers pour la Libération de la Zone Autonome [Kurde]) ;
  • Jaïsh al-Hamza (Armée d’al-Hamza) ;
  • Jaïsh al-Hanin (Armée d’Hanin) ;
  • Jaïsh al-Mourabitoun (Armée des Almoravides) ;
  • Jaïsh al-Risala (Armée du Message) ;
  • Jaïsh al-Sabirin (Armée des Sabirine) ;
  • Jaïsh al-Sahaba (Armée des Compagnons du Prophète); Jaïsh Ibn al-Walid (Armée d’Ibn al-Walid) ;
  • Jaïsh Mustafa (Armée de Moustafa) ;
  • Jaïsh Tahrir Eiraq (Armée de la Libération de l’Irak) ;
  • Kataeb al-Jihad al-Ard al-Rafydein (Brigades du Jihad du Pays des deux Fleuves) ;
  • Kataeb al-Shouhada (Brigades des Martyrs) ; Kataeb al-Tahrir (Brigades de la Libération) ;
  • Sarayat Altaf al-Husayni (Escadron d’al-Taff al-Hussein) ;
  • Sarayat al-Djihad wa ‘l-Tahrir Diyala (Escadrons pour le Djihad et la Libération de Diyala) ;
  • Sarayat al-Fallujah al-Jihadiyyah (Escadron Djihadiste d ‘al-Fallujah) ; Sarayat al-Jihad (Escadron du Jihad) d ‘al-Basrah ;
  • Sarayat Majid lil-Tahrir Eiraq (Escadrons de la Gloire pour la Libération de l’Irak);
  • Sarayat Tahrir al-Jounoub (Escadron de Libération du Sud).

Haut Commandement du Djihad et de la Liberation_Structure du Haut-Commandement du Djihad et de la Liberation (2007)

Le HCDL est dévolu à la lutte contre l’occupation occidentale de l’Irak. Il se déclare néanmoins prêt à entrer en négociation avec les Etats-Unis, sous certaines conditions, dont la reconnaissance des mouvements de résistance, l’annonce d’un retrait inconditionnel de l’Irak, la cessation des opérations militaires contre les populations civile, la libération sans exception de tous les prisonniers et détenus irakiens et la compensation des préjudices subis, la remise en activité des forces armées irakiennes dissoutes en 2003, annoncer la compensation pour les pertes et dommages infligées à l’Irak durant l’occupation, l’annulation des lois et décrets établis sous l’occupation et l’initiation de négociations avec le HCDL.

(1)L’Ordre de Naqshbandi est un mouvement de tendance soufie. Initialement les divers mouvements soufis irakiens s’étaient refusé à entrer dans l’action violente. Apparemment, l’arrestation, en mars 2006, par les forces américaines de l’imam de la mosquée Naqshbandi Al-Rabat de Samarra et l’humiliation dont il a été l’objet ont changé la posture de cette communauté. En septembre 2006 apparaissaient les Phalanges Sheikh ‘Abd al-Qadir al­Gilani. La participation de l’Armée des Hommes de l’Ordre de Naqshbandi semble donc s’inscrire dans cette tendance. Il est cependant utile de préciser que le chef du Haut-Commandement du Djihad et de la Libération, Izzat Ibrahim al-Douri est membre pratiquant d’un ordre soufi de Kasnazani.
(2)Réputées être le bras armé de la structure locale des Frères Musulmans en Irak (non-confirmé).