Iparretarrak (IK)

Iparretarrak (IK)(France)(« Ceux-du-Nord ») Groupe séparatiste basque français, de tendance marxiste, créé en 1973 par Philippe Bidart, avec comme objectif l’auto-détermination du Pays Basque.

Dès sa création, Iparretarrak s’engage dans des actions de propagande armée. Sa première action a lieu le 11 décembre 1973, à Banca (Pyrénées-Atlantiques).

Le 18 mars 1980, l’explosion accidentelle d’une bombe tue deux militants d’IK et marque l’entrée du mouvement dans la violence. Suit une période marquée par un accroissement des activités terroristes (attaques à l’arme automatique et à l’explosif, etc.)

Dès 1983, Iparretarrak s’engage dans une campagne de propagande afin d’exposer ses objectifs, essentiellement l’officialisation de la langue basque et l’autodétermination du peuple basque. Il entretient des liens étroits avec l’► Euskadi Ta Askatasuna (ETA) basque espagnol, auquel il offre appui logistique et refuge. Il opère essentiellement sur le territoire basque français. Ses méthodes d’actions sont l’assassinat, l’enlèvement et les attaques à main armée. Il s’est attaqué également à des restaurants McDonald’s en 1996 et 1997.

Le chef historique d’IK, Philippe Bédart, son lieutenant Gabriel Mouesca et Joseph Etcheveste ont été arrêtés pour une fusillade, le 7 août 1983, au cours de laquelle un gendarme avait été tué. Le 31 mars 2000, ils ont été condamnés respectivement à vingt et quinze ans de prison pour les deux premiers et quatre ans avec sursis pour le troisième. Pour protester contre cette condamnation, IK commet un attentat à la bombe à Lecumberry (Pyrénées-Atlantiques).

Bibliographie choisie : Lagonero Giovanni, Storia politica di Euskadi Ta Askatasuna e dei Paesi Baschi, Roma, 2005 (ISBN : 88-8003-295-X)