Jaïsh-e-Mohammad (JeM)

Autres appellations :
Jaish-e-Mohammad (JeM)
Jaish-i-Mohammed
Tehrik ul-Furqaan
Jamiat-ul-Furqan
Jamaat ul-Furqan

Autres appellations US:
Jaish-i-Mohammed
Khudamul Islam
Khuddam-ul-Islam
Kuddam e Islami
Mohammed’s Army
Tehrik ul-Furqaan
the Army of Mohammed

Internet:
Jaish-e-Mohammad (JeM)

Jaish-e-Mohammad (JeM)(Pakistan) (Armée de Mohammed) Mouvement fondamentaliste radical combattant contre l’occupation indienne du Jammu-Cachemire et pour le rattachement de celui-ci au Pakistan. L’histoire de sa création reste mal connue et plusieurs versions sont évoquées :

  • Création par Maulana Massoud Azhar(1).
  • Création par ► Khader Abou Ghoshar au début des années 90.(1)
  • Création issue de l’union des chefs de trois écoles religieuses : Mufti ► Nizamuddin Shamzai de l’école Majlis-e-Tawan-e-lslami, Maulana Mufti Rashid Ahmad de l’école Darul Ifta-e-wal-Irshad et Maulana Sher Ali de l’école Sheik-ul-Hadith Dar-ul-Haqqania.
  • Création par plusieurs membres du clergé déobandi, dont Maulana Nizamuddin Shamzai de l’école Jamia-ul-Uloom-Islamia (à Banuri, Karachi) peu après la libération de Maulana Massoud Azhar.

Une grande partie de ses cadres proviendraient du ► Harkat ul-Moudjahiddin (HuM). Il a son quartier général à Bahawalpur et est dirigé par ► Maulana Mohammad Ilyas Ghuman. Il participe avec le ► Lashkar-e-Toiba (LeT) à l’attentat mené par un commando-suicide de cinq hommes contre le parlement indien, le 13 décembre 2001.

Afin d’éviter les sanctions internationales consécutives à la désignation du JeM comme une organisation terroriste par le gouvernement indien (25 octobre 2001), puis comme « Organisation Terroriste Etrangère »(2) par le Département d’Etat américain (26 décembre 2001), le mouvement change alors de nom pour celui de « ► Jama’atul-Furqaan».(3) Il est l’un des cinq mouvements qui ont été interdits par le président Pervez Moucharraf le 12 janvier 2002. Il est pourtant réputé proche des services secrets pakistanais.

En mars 2003, les médias indiens et pakistanais rapportaient que le mouvement avait changé de nom pour celui de Khaddam ul-Islam(4) , probablement pour contourner l’interdiction édictée par le gouvernement pakistanais. Ce changement de nom s’accompagne également de modifications dans la conduite du mouvement. Maulana Massoud Azhar est maintenu à l’écart de la conduite du nouveau mouvement et relégué à un rôle de consultant. Le nouveau chef du mouvement est Maulana Abdullah Shah Mazhar, assisté de Maulana Abdul Rauf Chishti, frère cadet de Maulana Massoud Azhar.(5) Le nouveau mouvement est interdit le 23 novembre 2003 et neuf de ses offices sont fermés dans les deux semaines qui suivent.

Il entretiendrait des liens étroits avec les mouvements sunnites radicaux ► Sipah-i-Sahaba Pakistan (SSP) (nouvellement : Millat-e-Islamia Pakistan) et ► Lashkar-e-Jhangvi (LeJ) (nouvellement : ► Lashkar-e-Omar).

L’attentat contre le croiseur USS Cole a été revendiqué par une « Armée de Mohammed ». Il n’est pas certain qu’il s’agisse du même mouvement.

Corrélat : ► Organisations terroristes

(1)Jordan Times, 18.12.1999
(2)Foreign Terrorist Organization (FTO)
(3)Selon certains documents émis par le mouvement, son nom aurait déjà été changé en décembre 1999 pour « Muttahida Jihad Council » (MJC), pour les mêmes raisons. Toutelins l’appellation Jaïsh-e-Mohammad reste usitée.
(4)On trouve également l’orthographe Khuddam ul-Islam
(5)The Times of India, 12.03.2003