Lashkar-e-Toiba (LeT)

Autres appellations:

Lashkar-e-Tayyaba
Laskar-i-Tayyaba AI-Mansourian
al-Mansooreen

Autres appellations US:
Lashkar e-Tayyiba (LT)
al Mansooreen
Al Mansoorian
Army of the Pure
Army of the Pure and Righteous
Army of the Righteous
Falah Insania
Falah-e-Insaniat Foundation
Falah-e-Insaniyat
Falah-i-Insaniat Foundation
Falah-i-Insaniyat
FiF
Human Welfare Foundation

Humanitarian Welfare Foundation
Idara Khidmat-e-Khalq
Jama’at al-Dawa
Jama’at-i-Dawat
Jama’at-ud-Da’awa
Jama’at-ud-Da’awah
Jamaat ud-Daawa
Jamaat ul-Dawah
Jamaati-ud-Dawa
Jamaat-ud-Dawa, JUD
Jamaat-ul-Dawa
Jamaiat-ud-Dawa
Lashkar e-Toiba
Lashkar-i-Taiba
Paasban-e-Ahle-Hadis
Paasban-e-Kashmir
Paasban-i-Ahle-Hadith
Pasban-e-Ahle-Hadith
Pasban-e-Kashmir
Welfare of Humanity

(Pakistan) (Armée du Pur ou Armée du Juste) Groupe fondamentaliste radical sunnite cachemiri basé dans le Cachemire pakistanais. Le LeT a été créé en 1988 comme le bras armé du ► Markaz ud-Daawa wal-Irshad (MDI ou MuD), qui a pour objectif l’instauration de la loi islamique (charia) sur l’ensemble du Cachemire.

Jusqu’à la fin 2001, le LeT est dirigé directement par le professeur ► Hafiz Mohammed Saïd, également chef du MuD, l’aile politique du mouvement. Après sa démission, il a été remplacé dès le 24 décembre 2001 par ► Maulana Abdul Wahid Kashmiri, puis par ► Mohammad Zaki ur-Rahman (2006)(1). Le LeT compte environ 300 combattants et a fourni de nombreux cadres au mouvement ► Al-Barq.

Son quartier-général est situé à Muridke, à proximité de Lahore au Pakistan et il a un office au centre de Lahore(2). Il a des camps d’entraînement à Khairati Bagh (vallée de la Lipa) et à Nalah Shui (Muzaffarabad).

Le LeT figure sur la liste du Département d’Etat américain des organisations terroristes étrangères depuis octobre 2001 ainsi que sur la liste de l’Executive Order 13224 depuis le 21 décembre 2001.(3) Il est l’un des cinq mouvements interdits par le président Pervez Moucharraf le 12 janvier 2002.(6)

Lashkar-e-Toiba (LeT)_Conduite du LeT (2005)

Les principaux dirigeants des Taliban ont été arrêtés ou éliminés en 2007 par les forces de la coalition occidentale et par les autorités pakistanaises. Les Taliban on maintenu la
succession de ces chefs tués dans une certaine discrétion, pour des raisons évidentes de sécurité.

Historique

Le MDI, créé au début des années 80 est déjà engagé dans la lutte armée, il forme des volontaires du monde entier un camp d’entraînement établi en 1987 à Jaji, dans le Paktia (Afghanistan) à proximité de la frontière pakistanaise. Dès le début des années 90, apparaît la nécessité de séparer les activités politico-religieuses des activités militaires, qui conduit à la création du Lashkar-e-Toiba. Il est substantiellement soutenu au début par la Central Intelligence Agency (CIA) américaine alors qu’il combat en Afghanistan aux côtés du Jamaat al-Dawat wa’al-Quran’ wal Sunna. Il lance sa première opération indépendante au Jammu-Cachemire le 5 février 1993.

En octobre 2000, le LeT annonce officiellement le déclenchement d’une ► djihad contre Israël. Hafiz Mohammed Saïd devait déclarer que 20 000 combattants étaient déjà prêts à s’engager contre l’Etat hébreu.(5)

Afin d’éviter les sanctions internationales et le gel de ses avoirs par les Etats-Unis, suite à sa désignation par le Département d’Etat américain comme « Organisation Terroriste Etrangère » le 24 décembre 2001,(6) le groupe change de nom pour Pasban-e-Ahle Hadith à la fin décembre 2001. Il est interdit par le gouvernement pakistanais peu après, le 12 janvier 2002. Après l’interdiction du LeT, le MDI, l’aile politique du mouvement, change son nom pour celui de Jamaat ud-Dawa (JuD)(7) et se dissocie du LeT. De plus, il a déplacé son quartier-général ­initialement basé à Muridke (30 km au Nord de Lahore, dans le Pendjab) — dans le Cachemire pakistanais.

Principaux attentats du LeT
20.03.2000 Massacre de 34 Sikhs au Sud du Cachemire
22.12.2000 Attaque contre le Fort Rouge de New Dehli (3 morts)
16.01.2001 Attentat-suicide contre l’aéroport de Srinagar (5 morts)
13.12.2001 Attentat-suicide contre le Parlement indien (14 morts)
13.07.2002 Massacre dans le Jammu (27 morts) (Non confirmé)
31.10.2005 Triple attentat à la bombe à New Delhi (62 morts)
07.03.2006 Attentat à la bombe à Varanasi (21 morts, 62 blessés) (Non confirmé)E
11.07.2006 Attentat à la bombe dans un train à Mumbai (163 morts, 460 blessés)

Dès la fin 2001, le mouvement se radicalise. Le 13 décembre 2001, un commando-suicide de cinq hommes du LeT tente — conjointement avec des combattants du LeT et du ► Jaïsh-e-Mohammad (JeM) une attaque du parlement indien qui fera neuf morts.

Le 27 juin 2003, onze hommes — dont neuf citoyens américains — appartenant au Lashkar-e-Toiba, vivant dans la région de Washington DC ont été inculpés de conspiration par un tribunal de Virginie (USA), pour appartenir au mouvement et tenter de d’organiser des « expéditions militaires » contre le gouvernement indien.(!)(8)

Le 7 août 2003, Manzoor Zahid Choudhry, chef des opérations du LeT est tué lors d’un affrontement avec les forces de sécurité indiennes au Jammu-Cachemire.

Opérations et coopération

Le LeT a développé ses relations avec les divers mouvements gravitant dans la mouvance d’Al-Qaïda, parmi lesquels le Mouvement Islamique des Etudiants Indiens (MIEL). Le LeT a formé de nombreux combattants dans ses camps du Pakistan et de l’Afghanistan où il travaillait avec les Taliban. Le 12 septembre 2001, le LeT a non seulement approuvé les attentats, mais en a également revendiqué la paternité. En mars 2002, Abou Zoubeïda, cadre du réseau ► Al-Qaïda a été arrêté dans une cache du LeT à Faisalabad.

Basé au Pakistan, le mouvement est actif en Inde, dans les Etats du Jammu-Cachemire, l’Andhra Pradesh, l’Uttar Pradesh, l’Haryana et Delhi. Il a des cellules actives à Bombay et dans la région de Bhiwandi (Nord de Mumbai). Il a cinq camps d’entraînement principaux(9) :

  • le camp « Abou Bashir », à Bahawalpur (Pendjab, Pakistan), spécialisé dans la formation aux explosifs ;
  • le camp « Um al-Qu’ra » à Muzaffarabad, spécialisé dans les techniques de guérilla ;
  • le camp « Abdullah Ben Massoud », spécialisé dans la technique de combat ;
  • le camp « Mo’askar-e-Taiba », à Muridke (Pendjab, Pakistan), qui assure la formation de base des recrues ;
  • Le camp « Mo’askar-e-Aqsa », à Muridke, spécialisé dans la formation des volontaires étrangers.

Entre 1993 et 2000, le LeT aurait perdu quelque 950 combattants.

On a évoqué la présence de combattants du LeT en Tchétchénie, au Proche-Orient et aux Philippines. Il est cependant peu clair s’il s’agit de combattants du LeT ou de combattants étrangers formés par le LeT. Par ailleurs, certaines informations font état de l’existence deux groupes de combat appelés Jaan-e-Fidai et Ibn-e­Tayamiah, composés de combattants hautement motivés et prêts à s’engager dans des missions-suicide. Ces missions sont menées par des combattants appelés « fidayeen », qui opèrent par petits groupes de 2-5 hommes.

Formation

Le LeT est essentiellement orienté sur la lutte dans le Cachemire et son programme de formation est conçu

Financement

Le LeT est financé à travers des donations directes auprès des communautés pakistanaises au Moyen-Orient, en Grande-Bretagne, et au Cachemire.

Corrélat : ► Organisations terroristes

Site internet www.jamatuddawa.org

(1)The Hindu, 06.12.2006
(2)A proximité de la zone commerciale de Lahore, 4, Lake Road, près de la place Chaubhurji.
(3)Voir note du ► Lajnat al-Daawa aI-Islamiya
(4)LeT sera également porté en mai 2005 sur la liste récapitulative des Nations Unies des mouvements terroristes.
(5)AFP, 21.10.2000
(6)The Times of India, 15.12.2001
(7)Le 27 avril 2006, le Jamaat ud-Dawa a été placé sur la liste du Département d’Etat américain des organisations liées au terrorisme, gelant ainsi les avoirs de cette organisation. La décision avait été prise plus tôt, mais les autorités américaines ont laissé terminer le travail d’entraide accompli par le JuD après le tremblement de terre au Pakistan en octobre 2005, avant de l’inclure sur la liste. (US Department of State, 28.04.2006)
(8)Etablis dans le comté de Fairfax depuis le début 2000, les hommes avaient été entraînés dans des camps au Pakistan et possédaient des armes du type Kalachnikov.
(9)Initialement, le MDI avait déjà un camp d’entraînement établi en 1987 à Jaji, dans le Paktia (Afghanistan) à proximité de la frontière pakistanaise.