Mafiya

(Russie) En Russie, la criminalité organisée a été l’une des premières manifestations de la libéralisation soudaine et incontrôlée de la société. Connues en Occident sous le nom générique de Mafiya, par analogie avec la criminalité organisée italienne, les différentes organisations criminelles sont officiellement désignées en Russie par l’abréviation « OPG »(1). Dans le « milieu », les OPG sont généralement appelés « Bratva » (fraternité), « Organizatsya » (Organisation) ou encore « Sem’ya » (famille).

Les OPG se sont rapidement développés dès 1988 pour culminer, au début des années 90, avec quelque 5 700 groupes criminels, disparates et souvent organisés par région, ville ou quartier. Dès le milieu des années 90, Le plus, ces groupes souvent rivaux, qui avaient des « spécialités » complémentaires se sont progressivement regroupés.

La criminalité organisée en Russie s’articule selon quatre catégories principales, chacune ayant ses modes de fonctionnement propres :

  • L’univers criminel traditionnel, habitué du monde carcéral et travaillant avec lui (« vorovski mir ») ;
  • Une criminalité en col banc, dans les milieux corrompus de la nomenklatura issue de l’ex-URSS (« teneviki ») ;
  • La nouvelle criminalité qui s’est cristallisée autour de personnalités (« avtoritety ») en utilisant comme support des organisations sportives, d’anciens combattants ou de sécurité, et s’est développée rapidement dès la chute du communisme ;
  • Les groupes à caractère ethnique et clanique, le plus souvent associés aux populations caucasiennes issues de la Tchétchénie, de l’Azerbaïdjan, de l’Arménie, de l’Ingouchie, du Daghestan, etc.

D’une manière générale, les groupes mafieux russes ont en commun un certain nombre d’éléments structurels:

Structure, Composition
Société (Soobchestvo), 2-5 groupements
Groupement /Gruppirovka), 2-4 groupes
Groupe (Gruppa), 2-5 clans
Clan (Zven), 2-5 brigades
Brigade (Brigada), 5-10 hommes

OPG Balachikhinskaya
Créée au début des années 90, la Fraternité de Balatchikhin est une fédération de quelque 20 groupes criminels. Elle est articulée en 29 groupes opérationnels. Elle est surtout présente dans la région de Kaliningrad et au Nord-Caucase, est serait aujourd’hui peu active et se limiterait à des activités commerciales légales.

OPG Baumanskaya
L’OPG de Bauman a été créée en 1988 avec un noyau de criminels de droit commun (« vory v zakone »). Lors d’un combat dans le restaurant « Labyrinthe » la Baumanskaya remporte une victoire contre la mafia tchétchène dans la capitale. Elle est spécialisée dans le vol de voiture, les trafics d’armes et de munitions, les assassinats sous contrat, l’extorsion et la protection de sociétés. Dépourvue de base financière solide, elle s’est progressivement affaiblie et est défaite par les forces de police en 1997. Dès le début des années 2000, elle est considérée comme disparue et d’importance marginale.

OPG Brianskaya
Groupe mafieux, dirigé par Oleg Rogochenok (alias Rogochenok), actif dans les trafics de stupéfiants et d’alcool.

OPG Dolgoproudnenskaya
Fraternité créée en 1988 dans la cité de Dolgoproudny, par d’anciens pratiquants du Sambo(2). Elle était dirigée par une troïka : Savoski, Rostika et Pachi Tsiroulia. Sa base opérationnelle initiale était le nord de Moscou. En 1993, sese effectifs sont évalués à 350 membres. Elle est aujourd’hui active à Saint-Pétersbourg, en Autriche, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et à Hong-Kong. Elle a des alliances avec les Fraternités Ivanskaya, Pouchkinskaya et de Kaliningrad. Ses activités sont essentiellement le racket, la prostitution, les assassinats, l’usure, la protection, le contrôle de casinos, le trafic des véhicules volés et l’expropriation forcée. Elle contrôle notamment les restaurants des aéroports de Sheremetyevo 1 et 2. Elle a également des liens avec certains membres du ministère de l’intérieur de la région de Moscou.

OPG Gnomy
Organisation criminelle qui opère dans la République de Kalmoukie. La Fraternité « Gnome » est réputée pour sa brutalité et sa sévère discipline du silence. Elle est spécialisée dans l’extorsion, le trafic de drogues et d’armes.

OPG Izmaïlovskaya
L’OPG d’Izmaïlovo est considérée comme le plus ancien groupe mafieux de Moscou. Créée sous l’autorité du « chef de fille » Oleg Ivanov, qui est rapidement renforcé par l’autorité d’un groupe de quatre personnes : Victor Nestrouïev (alias Maltchik), ► Anton Malevsky (alias Anton Izmaïlovsky), Sergueï Trofimov (alias Trofim) et ► Alexander Afanasyev (alias Athos). Ses effectifs sont alors évalués à quelque 200 membres. Elle se compose de deux tendances : OPG Izmaïlovskaya (tendance dominante) et OPG Golyanovskaya. L’OPG Izmaïlovskaya comprend plusieurs groupements, dont l’OPG Petrov et entretient des bons contacts avec les OPG Liouberetskaya et Balachikhinskaya. Elle conserve des liens importants dans les milieux institutionnels, notamment dans la magistrature. Elle est considérée comme l’une des OPG les mieux organisées. Elle est principalement active à Moscou dans les régions du district du Sud-Est, à Izmaïlovo, Golyanovo, Vyhino, Perov, une partie de Sokolnikov, Akulovo, Kozhuhovo, et Rudnevo. Elle a débuté avec des petits trafics, mais aujourd’hui, la majorité de ses revenus provient d’activités légales dans l’immobilier et l’hôtellerie.

  • OPG Izmaïlovskaya Krasnoyarskaya
  • OPG Izmaïlovskaya Balashihinskaya
  • OPG Izmaïlovskaya Tyumenskaya
  • OPG Izmaïlovskaya Taganskaya
  • OPG Izmaïlovskaya Vorkuta
  • OPG Izmaïlovskaya Golyanovskaya
  • OPG Vrajdovala
  • OPG Liu Ji Kaï(3)

OPG Kazanskaya
Organisation de la région de Kazan, qui opère essentiellement dans la région de Moscou. Elle semble avoir été créée relativement tôt, mais ses actions les plus marquantes sont apparues en 1997. Spécialisée dans l’extorsion, la protection d’entreprises et le trafic d’armes, elle regroupe plusieurs fraternités :

  • OPG « 29-y Kvartal » (« 29e Trimestre »)
  • OPG « Khadi Taktasch »
  • OPG « Pervak »
  • OPG « Jilka », créé en 1985, avait sous son contrôle des usines pétrochimiques ou la firme de construction d’hélicoptères de Kazan.
  • OPG « Tyap-Lyap », créé dans les années 70 déjà.

OPG Kolomnenskaya OPG Koptevskaya
Groupement créé au début des années 90 et actif dans la région de Moscou. Elle a des liens avec l’OPG Dolgoproudnenskaya et l’OPG Kountsevskaya (l’un des chefs de la Koptevskaya est devenu le chef de Kuntsevskaya.

OPG Kostenaya
Groupe dirigé par un certain « Kosten », l’un des plus anciens groupes criminels russes.

OPG Krylatskaya
Organisation criminelle apparue en 1990 dans un quartier de Krylskoye et dirigée par Oleg Romanov jusqu’en 1996. Ce groupe est considéré comme le principal adversaire des OPG tchétchènes.

OPG Kountsevskaya
La Fraternité de Kountsevo a été formée en 1988, puis défaite par les Depuis 1989, elle s’est implantée dans la région de la Gare de Kiev (partie ouest de la capitale). Elle a des alliances avec la l’organisation daghestanaise et des contacts au sein du ministère de l’intérieur de la région de Moscou. Elle contrôlerait l’hôtel Radis son-S lave.

OPG Leninskaya
La Fraternité de Lénine est dirigée par Boris Antonov, qui a travaillé sous l’autorité d’au moins trois parrains. Elle est présente à Moscou, où elle constitue l’une des plus importantes organisations dans le district du Nord-Est. Elle est essentiellement active dans le secteur financier, notamment par le contrôle de fondations et associations caritatives. Elle est très présente à l’extérieur de la Russie aux Etats-Unis, en Italie, en Suisse, en Hongrie et en Israël.

OPG Liouberetskaya
L’OPG de Liouberets est issue des mouvements contestataires des dernières années de l’Union Soviétique. Créée formellement par Sergueï Aksyonov (alias Aksey) en 1986, elle est initialement composée de jeunes contestataires, avant de dériver vers la petite criminalité et la délinquance. Après la chute du communisme, elle est rejointe par de jeunes militants nationalistes, adeptes des sports de combat (sambo) et proches de la mouvance « skinhead ». Elle est composée de dix groupements indépendants, dont les plus importants sont les groupements de Lytkarino, de Dzerjinsk et de Malakhov (Est de Moscou). Elle est surtout active dans le domaine de la petite criminalité (vols, vols de voiture, racket, et.), le trafic d’armes et de drogue, mais a su développer des activités légales comme couverture. Elle a été dirigée par Oleg Shishkanov (alias Shishkan), Alexander Bobylev (alias Raoul, alias Le Pape) et Alex Nogodyaev (alias Negodyay).

Elle se subdivise en deux groupements : OPG Liouberetskaya-1, composée des groupes : « Lytkarinskaya », Panfilov », « Djavdet », « Voron » et « Tchaïk » ; et OPG Liouberetskaya-2.

Elle est présente en Allemagne, aux Etats-Unis, en Israel et en Hongrie. Aujourd’hui l’OPG a virtuellement disparu et on estime que 90% de ses revenus proviennent d’activités légales.

OPG Lublinskaya
L’OPG de Lublin a été créée en 1988. Elle s’oppose violemment à d’autres groupes mafieux, comme l’OPG Kazanskaya. Elle est défaite par la police russe dès 1989 déjà.

OPG Nagatinskaya
Groupement actif dans la région de Moscou. Elle a des liens avec l’OPG Orekhovskaya.

OPG Orekhovskaya
La Fraternité d’Orekhov (initialement appelée « Orekhovo-Boriskovaya ») a été créée en 1988, à partir de bandes de jeunes délinquants pratiquant des rackets de faible envergure dans la rue de Shipilov, de la banlieue sud de Moscou. Elle s’est développée au début des années 90 et sous la direction de Sergueï Timofeïev (surnommé Silvester, en raison de sa musculature), à l’issue d’une brutale lutte entre gangs rivaux. Timofeïev se lie d’amitié avec les chefs d’autres groupes mafieux importants, comme Vyascheslav Ivankov (alias Yapontchik) ou Sergueï Mikhaïlkov (alias Mikhas), chef de la puissante OPG Solntsevskaya. L’OPG Orekhovskaya prend rapidement le contrôle des activités de transport du sud de la capitale ainsi que les routes du Sud et Sud-Ouest de Moscou. Elle s’associe avec l’OPG Solntsevskaya pour lutter contre les groupes tchétchènes. Mais en 1990, l’alliance entre les deux OPG éclate. En 1993, Timofeïev est arrêté et entreprend de se lancer dans des activités légales, notamment dans le secteur bancaire une activité alors florissante. Le réseau de l’Orekhovskaya s’étend alors jusqu’à Tambov, Kiev, Minsk, Odessa, Lipetsk, les États baltes, et en Sibérie avec les villes d’Omsk, Krasnoïarsk, Kemerovo, Novossibirsk et Irkoutsk. Elle contrôle environ trois douzaines de banques russes. Le 13 septembre 1994, il est assassiné par un groupe rival, dirigé par le fils du célèbre mafieux russe Vyascheslav Ivankov (alias Yapontchik). Les activités d’Orekhovskaya sont alors reprises par l’OPG Solntsevskaya. L’OPG Orekhovskaya est aujourd’hui considérée comme inactive.

PG Podolskaya
La Fraternité de Podolsk opère dans la banlieue de Moscou, où la modification du paysage social, l’arrivée de riches industriels et la sécurisation de l’environnement qui est résulté lui a progressivement fait perdre du terrain. Dirigée par Alexandre Zakharov, puis par son dauphin Nikolaï Sobolia, elle a subi de nombreux revers. Ses activités portent sur la corruption de fonctionnaires et hommes politiques, le trafic de drogues et d’armes, le blanchiment d’argent, la prostitution, la traite des femmes, le passage de clandestins, les enlèvements, les extorsions et l’utilisation frauduleuse de cartes de crédit.

OPG Pouchkinskaya
La Fraternité de Pouchkino a été très affectée par les luttes entre groupes mafieux de 1996, mais. Elle est articulée en trois groupements et a une présence significative dans les secteurs de Pouchkino, Ivanteïevka, de Pravda et de Sergueï Passad. Elle est principalement active dans le domaine du trafic d’alcool. Comme de nombreux groupes mafieux des années 90, qui cherchent à survivre, la Fraternité de Pouchkino tente de légaliser ses activités. En l’occurrence elle tente de se positionner sur le marché légal de l’alcool en vendant une vodka bon marché (Président Poutine). Elle est également présente aux Etats-Unis, en Allemagne et en Thaïlande.

OPG Région Autonome Khanty-Mansi
Groupe actif dans la région de l’Oural, spécialisé dans l’extorsion, la sécurité des entreprises, le détournement d’hydrocarbures.

OPG Sokolnitchevskaya
La Fraternité de Sokolnitchev a prix naissance dans le quartier du Parc de la Culture à Moscou. Aujourd’hui considérée comme inactive.

OPG Solntsevskaya
La Fraternité de Solntsevo (« Soleil ») est l’organisation criminelle russe la plus puissante et la plus influente. Elle est impliquée dans l’assassinat ou la tentative d’assassinat de plusieurs personnalités russes. Elle contrôle les aéroports de Vnukovo et Domodedovo, ainsi que les gares de Biélorussie et de Kiev. Elle est dirigée par Sergueï Mikhaïlkov (alias Mikhas) et Viktor Averin. L’organisation compterait environ 5 000 membres en Russie et à l’étranger, notamment au Etats-Unis, au Moyen-Orient et en Suisse. Mikhaïlov est installé en Suisse dès 1995, où il sera arrêté en 1996, mais la gestion assez naïve de cette affaire par les autorités suisses conduiront à sa relaxe pour faute de preuves en 1998.

OPG Taganskaya
La Fraternité de Tagan est essentiellement slave, violemment opposée aux groupes criminels issus du Caucase. Elle est articulée en cinq groupements. Elle s’est progressivement spécialisée dans les migrations illégales et la fourniture de faux documents. Mais elle est également active dans les domaines du racket du trafic de médicaments. Elle est surtout présente à Moscou, dans les environs des stations de métro Autozavodskaya, Aviamotornaya, Perovo, Shosse Entousiastov et Alekseevskaya.

OPG Tambovskaya
Groupe appartenant à la constellation des organisations criminelles de la région de St-Petersburg. Elle est dirigée par Vladimir Brsukov (alias Kumarin). Elle est violemment opposée aux OPG Malyshevskaya et Kazanskaya. Elle est active dans les trafics de drogue, le racket, la prostitution, la protection, la contrebande d’alcool, le trafic de voitures, le trafic d’armes et d’hydrocarbures. Ses activités s’étendent vers la Finlande, la Suède, l’Allemagne, l’Espagne, les Pays Bas et la Pologne.

OPG Malyshevskaya
L’OPG Malyshevskaya a été créée au début des années 1990 par Malychev. Ses activités sont essentiellement dans le vol de voitures et le trafic de drogue. Elle est violemment opposée à l’OPG Tambovskaya.

OPG Vorkoutinskaya
L’OPG travaille dans les domaines du vol de voitures, du trafic de stupéfiants et de la contrebande de tabac.

Les organisations ethniques

L’organisation arménienne
La mafia arménienne est apparue en 1992 autour d’un noyau dur de 150 membres. En 1995, à la suite de tensions internes, une partie de ses membres est éliminée. Apparemment, l’organisation serait structurée en six groupements, composés chacun de 4-5 groupes à 4-5 membres. On lui prête des liens avec les combattants arméniens en Azerbaïdjan. Ses domaines d’activité son essentiellement les trafics de voitures, d’armes et de drogue, ainsi que l’usure. Elle a également des activités légales dans la restauration, les bars, l’hôtellerie et les activités touristiques.

L’organisation assyrienne
L’OPG assyrienne aurait été créée en 1988. Spécialisée dans le « pickpocket » et les cambriolages, elle a rapidement établi des liens avec les groupes de Géorgie et d’Azerbaïdjan. Elle est essentiellement active dans les domaines du trafic de drogue, d’hydrocarbures et d’armes. Elle a maintenu des contacts étroits avec les OPG de Géorgie, d’Azerbaïdjan, Solntsevskaya, Taganskaya et Orekhovskaya. Par ailleurs, elle est présente, grâce à sa diaspora elle est présente dans de nombreux pays (Albanie, Allemagne, Allemagne, Autriche, Belgique, Croatie, Etats-Unis, Israël, Pologne, Turquie, Yougoslavie). Elle s’est progressivement reconvertie dans des activités légales, notamment dans les casinos, dont plusieurs établissements moscovites.

L’organisation azerbaïdjanaise
L’OPG d’Azerbaïdjan est l’une des plus anciennes organisations criminelles de Moscou. Apparue au début des années 80, elle a rapidement fait l’objet d’une lutte âpre de la part des services de police russes, ce qui a par ailleurs permis aux groupes tchétchènes de s’implanter dans la capitale. L’OPG est initialement composée d’environ 150 membres et est spécialisée dans le trafic de drogues, le change de devises et le commerce de fleurs. Ses effectifs passent à environ 300 au début des années 90 avant de reculer sous les effets de l’action policière et des rivalités avec d’autres groupes. En 1996, l’OPG d’Azerbaïdjan se compose de trente deux « brigades ».

Ses principaux domaines d’activités sont la vente de caviar, le trafic de drogue, le vol et le trafic de véhicules, la prostitution, le trafic d’armes et de munitions, les opérations de change, les assassinat sous contrat, l’extorsion, le blanchiment d’argent, le commerce de gros, les jeux de hasard et la protection des entreprises. Elle contrôlerait plus de 200 entreprises de la région de Moscou. Elle coopère activement avec les OPG assyrienne, tadjik et turque et a des ramifications dans le monde entier. Elle opère très largement dans le domaine de l’immobilier en Allemagne, en Belgique, aux Etats-Unis, en Malaisie et en Suisse.

Selon des informations non-confirmées, elle aurait contribué au financement de la rébellion tchétchène. Elle se composerait des « groupes » suivants, spécialisés dans quelques activités :

  • OPG Lenkoranskaya
  • OPG Mingetchaourskaya (trafic des stupéfiants)
  • OPG Evlakhskaya (activités de change et de blanchiment d’argent)
  • OPG Mossinskaya (trafic d’armes et de stupéfiants)
  • OPG Gardabanskaya (vol et trafic de voitures)
  • OPG Zakatal’skaya
  • OPG Giandjiiskaya (trafic des stupéfiants).

L’organisation chinoise
La mafia chinoise est apparue en 1993 au sein de la diaspora chinoise, dont la présence s’est considérablement accrue en Russie au début des années 90. Les triades de Pékin, Shangaï et Harbin se divisent le territoire russe. Elles recrutent et fonctionnent exclusivement avec des personnels chinois. La principale triade de la capitale russe est Lun Toï (Tête de Dragon). Elles sont actives dans divers trafics et contre bande de produits manufacturés, le trafic de stupéfiants et de drogues légères. Elles sont également bien implantées dans le milieu de l’hôtellerie et des casinos.

L’organisation coréenne
La mafia coréenne est surtout implantée dans l’Est du pays, notamment dans la région de Khabarovsk et est fortement impliquée dans le trafic de stupéfiants.

L’organisation daghestanaise
L’OPG daghestanaise est relativement récente par rapport aux autres OPG. Elle apparaît étroitement liée aux combattants du Daghestan où elle est implantée. Mais elle est également présente dans la capitale, où on estime à une vingtaine le nombre de groupes daghestanais, dont les principaux sont :

  • Groupe Aktoualnoï (Groupe Moscou)
  • Groupe de Rouslan Agargimov (Groupe Saint-Pétersbourg)
  • Groupe d’Hassan Chimaev (Groupe Krasnodar),
  • Groupe de Nouroul Aloumerzaev (Groupe Novgorod)
  • Groupe de Mogomed Saguidov (Groupe Irkoutsk)

Avec une structure basée sur des critères ethniques, elle est fréquemment en lutte contre d’autres OPG ethniques. Elle est active dans le domaine du trafic d’armes, la pêche illégale dans la mer Caspienne, le meurtre et dans les petits trafics, le racket. Sa face légale est l’exploitation de restaurants, de banques et d’hôtels.

L’organisation ingouche
Groupe apparu relativement récemment. Ses activités se concentrent sur le domaine bancaire. Elle s’est spécialisée dans l’infiltration de banques et la fraude bancaire. De dimensions relativement modestes, elle est réputée disposer d’un financement important grâce à ses activités. Elle est notamment en conflit avec l’OPG Podolskaya.

L’organisation géorgienne
L’organisation géorgienne est l’une des plus anciennes structures criminelles. Son existence remonte à la période communiste. La chasse aux criminels menée en Géorgie a poussé de nombreux d’entre eux à se réfugier à Moscou et ainsi prendre le contrôle de la communauté géorgienne. En outre, à l’occasion des divers conflits ethniques en Géorgie (Abkhazie et Ossétie) l’émigration vers la Russie et vers l’Europe occidentale lui a donné l’opportunité d’élargir sa présence. On estime que l’organisation géorgienne s’articule en quatre groupements à caractère régional :

  • Groupement de Koutaissi, avec les chefs de groupes : Arabouli (alias Robinzon), Badjaladze, Boukhnikachvili (alias Petso), Gartchikhia (alias Tchij), Kalachov (alias Charko), Kardava (alias Bakha), Koutateladze (alias Boïko), Khadtchidze (alias Djamal) ;
  • Groupement de Tbilissi, avec les chefs de groupes : Gvekhidze (alias Koba), Goulardava (alias Goula), Oussayan (alias Khassan), Tchlaidze (alias Pata bolchoï) ;
  • Groupement de Soukhoumi, avec les chefs de groupes : Alakelo, Guibraidze, Grigolaya, Djonoua (alias Bessik), Kvaratskheliya (alias Kimo), Lakobo, Pipia, Tabagoua (alias Moukha) ;
  • Groupement de Mingrélie, avec les chefs de groupes : Beradze, Bouliya, Kakatchia (alias Charko Starii).

L’organisation ingouche
L’OPG Ingouche est essentiellement implantée en Ingouchie. On lui prête un rôle essentiellement lié à guerre dans le Caucase, notamment en ce qui concerne les trafics d’armes et de munitions. Elle est très présente en Biélorussie, en Espagne et en Suisse. L’organisation reste peu connue. Elle est articulée en trois groupements :

  • Groupement de Nazran
  • Groupement de Grozny
  • Groupement de Malgobek

L’organisation tchétchène

L’organisation tchétchène est l’une des plus importantes structures mafieuses de la capitale russe. Initialement à vocation strictement criminelle, elle a des ramifications qui rejoignent le mouvement insurrectionnel du Caucase. Le nombre total de personnes impliquées dans les activités mafieuses, qui touchent tous les domaines, est difficile à évaluer, mais se situe certainement à plusieurs milliers. Elle est spécialisée dans l’extorsion, la protection et le meurtre sur contrat. Elle est

active dans la prostitution, le trafic de drogue et d’armes. Les principaux groupes tchétchènes sont :

  • OPG Tsentral’naya, dirigée par Leli Islamov
  • OPG Youjnoportovaya, dirigée par Choza Suleïmanov
  • OPG Ostankinskaya, dirigée par (alias) Mahmoud Bolchoï
  • OPG Vaynach

(1)OPG : Organizovannaya Prestupnaya Gruppa (Groupe Criminel Organisé).
(2)Sambo : Samooborona Bez Orujye – Défense individuelle sans armes. Technique de combat, dont les règles ont été édictées par Anatoli A. Garlampiev. Lutteur lui-même, Garlampiev voulu trouver une méthode de combat à mains nues qui rassemble avec un maximum d’efficacité les techniques de combat en usage dans le monde. Le sambo est donc la synthèse d’une vingtaine de techniques de combat orientales et occidentales. Il est officiellement reconnu par le Comité Sportif National d’URSS depuis le 9.6.38 et fait l’objet d’une instruction régulière dans les forces armées ainsi que dans les écoles. (Marine Corps Gazette, April 1986, pp. 60-62). Selon Suvorov, la paternité du Sambo est attribuée à B.S. Oshchepov, (Suvorov, V., « Spetsnaz », Grafton Books, London, 1989, p. 138).
(3)Dirigée par ► Liu Ji Kaï (alias Misha le Chinois)