Muerte a Secuastradores (MAS)

(Colombie) (Mort aux Ravisseurs) Groupe de contre-guérilla issu d’une milice créée en décembre 1981(1) par les frères Ochoa du Cartel de Medellin à la suite de l’enlèvement de leur soeur par le M-19. Il se distingue rapidement par son efficacité et sa brutalité et devient l’un des groupes les plus craints de Colombie. Il est dirigé par José Gonzalo Rodriguez Gacha et compte quelque 2 300 « sicarios » (hommes de main) opérant principalement en milieu urbain à Medellin.

Le sigle MAS devient lui-même symbole des milices d’autodéfense et est couramment utilisé pour les désigner. Il est considéré comme le précurseur des ► Autodéfenses Unies de Colombie (AUC).

(1)Le 24 décembre 1965, le gouvernement colombien émet le Décret 3398 sur l’organisation de la défense nationale. Son article 25 autorise le gouvernement à «utiliser les citoyens non astreints au service militaire obligatoire […] pour des activités et des travaux qui contribuent au rétablissement de la normalité. » En outre, l’Article 33, alinéa 3 autorise le gouvernement à distribuer des armes normalement dévolues aux forces armées à des civils afin de les protéger. Ce décret légalise l’édition par l’armée colombienne du manuel FM-31- 15 « Opérations contre des Forces Irrégulières » de l’armée américaine, qui préconise la formation de milices locales contre les mouvements insurrectionnels. Ce décret à souvent été compris comme la base légale autorisant la mise sur pied de groupes paramilitaires et de forces d’autodéfense. Cependant, le Décret 3398, n’autorise que le gouvernement à mettre sur pied de telles milices et non des groupes privés. Il n’y a donc pas de base légale en Colombie pour la mise sur pied de milices privées.