Pakistan

Situé entre l’Inde et l’Afghanistan, lé Pakistan est partagé entre deux conflits — l’un en Afghanistan, qui tend à déborder sur un conflit intérieur pakistanais et le conflit du Jammu-Cachemire avec l’Inde. Afin de briser ce qui est perçu comme un encerclement, sa politique étrangère a ainsi été largement orientée sur le soutien aux mouvements de résistance contre les Soviétiques (dans les années 80) et contre l’Inde.

Dès l’invasion soviétique en décembre 1979, le Pakistan a soutenu les mouvements pachtounes de la résistance afghane et en particulier le Hezb-i-Islami de ► Gulbuddin Hekmatyar. Après le départ des Soviétiques en 1989, le Pakistan a recentré son soutien sur les Taliban, pour des raisons plus opportunistes qu’idéologiques, afin de maintenir des bonnes relations avec l’Afghanistan.

La nature du soutien pakistanais aux mouvements islamistes afghans et du Cachemire est un sujet de controverse, mais apparaît plus passif qu’actif. L’implication de l’Inter-Services Intelligence (NI), la principale agence de renseignements pakistanaise est souvent évoquée, mais l’accusation repose plus sur des spéculations et des déductions que sur des faits concrets. La position ambiguë du gouvernement envers les groupes islamistes traduit en fait la complexité et la fragilité de la position d’un Etat qui est à la recherche d’un développement à l’occidentale — ou « à l’indienne » — tout en ménageant une population fortement enracinée dans les traditions de l’Islam.

Conséquence de la situation géopolitique créée par l’intervention soviétique, le conflit afghan et celui du Cachemire sont liés par une démarche commune : le ► djihad. De 1996 à 2001, avec le régime des Taliban, l’Afghanistan est devenu la principale base de recrutement et la formation de combattants pour le Jammu-Cachemire. En fait, la plupart des prisonniers faits par les forces américaines en Afghanistan à la fin 2001-début 2002 — et envoyés dans la prison de Guantanamo ­étaient des combattants destinés au Jammu-Cachemire. Ceci explique en partie(1) pourquoi les Américains ont été incapables de tirer de ces prisonniers des informations sur le djihad mené contre les Etats-Unis.

L’intervention américaine en Afghanistan, en octobre 2001, a eu des répercussions sur la situation intérieure pakistanaise en provoquant un afflux de combattants islamistes radicaux, qui se sont rapidement fondus dans la population réfugiée afghane et dans les communautés traditionnelles des territoires du Nord-Ouest. Pris entre deux feux le gouvernement du Président Moucharraf s’est joint à la lutte contre le terrorisme… mais lentement. Le Pakistan est fragile et la lutte contre le terrorisme islamiste ne pourrait que dégrader la situation. Il a fallu la levée des sanctions américaines imposées par le Congrès américain après l’essai nucléaire pakistanais de 1998, une levée de l’embargo sur les ventes d’armes au Pakistan et un rééchelonnement d’une dette pakistanaise de 329 millions US$ pour faire entrer le Pakistan dans la guerre contre le terrorisme.

Les opérations clandestines des forces spéciales américaines et les bombardements aériens américains contre des objectifs situés au Pakistan entretiennent son instabilité en permettant à l’opposition islamiste d’accuser le président Moucharraf de s’allier avec les Etats-Unis. Cette situation affaiblit le pouvoir en place, qui tente de garder la maîtrise des islamistes sur son territoire, mais perd progressivement sa légitimité.

Parallèlement, la guerre américaine contre le terrorisme a encouragé l’ ► Inde, qui appuie des commandos clandestins opérant dans le Cachemire et qui mènent une guerre brutale contre les mouvements terroristes islamistes. C’est l’ensemble de ces facteurs qui a conduit à la démission du président Moucharraf en août 2008.

Les mouvements terroristes qui opèrent au ou depuis le Pakistan sont :

Al-Barq
Al-Djihad
Al-Fateh
Al-Omar Moudjahidin
► 
« Al-Qaïda »
► 
Amar b’iI-Maarouf wa Nahi Munkar
Ansar ul-Islam
► 
Baluchistan Liberation Army (BLA)
► 
Baluchistan Liberation Front (BLF)
Baluchistan Republican Army (BRA)
► 
Harakat i-Islami (Mouvement Islamique)
► 
Harkat ul-Moudjahiddin (HuM)
► 
Harkat ul-Ansar (HuA)
Hezbollah(2)
► 
Hezb ul-Mominin
► 
Hezb ul-Moujahidin (HuM)
Jama’at-ul-Dawa
► 
Jamiat-ul-Mujahideen (JuM)
Jammu-Kashmir Islamic Front
► Jammu and Kashmir Liberation Front (JKLF)
Lashkar-e-Islam
► 
Lashkar e-Jhangvi (LeJ)
► 
Muslim Janbaaz Force (MJF)
► Muttahida Jihad Council (MJC)
► Muttahida Qaumi Movement (MQM)
► 
Sipah-i-Sahaba Pakistan (SSP) (Soldats Amis du Prophète)
► 
Taliban
► Tehrik ul-Jihad (TuJ)
► Tehrik ul-Moudjahidin
► Tehrik-e-Jafria Pakistan (TJP)
► Tehrik-e-Jihad
► 
Tehrik-e-Nifaz-e-Shariat-e-Mohammedi (TNSM)

Pakistan_Camps d'entrainement terroristes au Pakistan (2002)

Les camps d’entraînement des divers groupes djihadistes en Afghanistan sont mobiles et sont généralement orientés sur les engagements au Jammu-Cachemire, en Afghanistan et en Inde. La notion de camp d’entraînement n’implique pas nécessairement une formation de combat, mais aussi et surtout une formation idéologique et politique.

Mouvements interdits au Pakistan(1)

  • Ahl-e-Hadith Youth Force (AYF) (interdit le 26.11.2003)
  • Almi-Tanzim-e-Ahl-e-Sunnat (ATAS) (interdit le 26.11.2003)
  • Harakat-ul-Jihad-ul-Islami (HJI) (interdit le 26.11.2003)
  • Harkat-ul-Ansar (HuA), (interdit le 12.01.2002) devenu le Harkat-ul­Moudjahiddin (HuM)
  • Harkat-ul-Moudjahiddin (HuM) (interdit le 12.01.2002), devenu le Jamiat-ul­Ansar (JuA)
  • Hizb-ut-Tahrir (HuT) (interdit le 15.11.2003)
  • Jaish-e-Mohammed (JeM) (interdit le 12.01.2002) éclaté en Khaddam-ul-Islam (Kul) et Jamaat-ul-Furqaan (JuF)
  • Jama ‘at-ul-Dawa
  • Jamaat-ul-Furqaan (JuF) (interdit le 15.11.2003)
  • Jamiat Ishaat Touhed-wal-Sunnah (interdit le 26.11.2003)
  • Jamiat-ul-Ansar (JuA) (interdit le 15.11.2003)
  • Jamiat-ul-Mujahedin-al-Aalmi (JMA) (interdit le 26.11.2003)
  • Khaddam-ul-Islam (Kul) (également connu sous le nom de Tehrik-e-Khuddam­ul-Islam — TKI) (interdit le 20.11.2003)
  • Lashkar-e-Jhangvi (LeJ) (interdit le 14.08.2001, puis le 12.01.2002) devenu le Lashkar-e-Omar (LeO)
  • Lashkar-e-Taiba (LeT) (interdit le 12.01.2002), devenu le Pasban-i-Ahle Hadith
  • Sipah-e-Sahab-e-Pakistan (SSP) (interdit le 12.01.2002) devenu le Millat-e-Islamia Pakistan (MeIP) (interdit le 20.11.2003)
  • Tehrik-Difa-e-Sahaba (interdit le 26.11.2003)
  • Tehrik-e-Jafria-e-Pakistan (TJP) (interdit le 12.01.2002) devenu l’Islami-Tehrik-e-Pakistan (ITeP) (interdit le 20.11.2003)
  • Tehrik-e-Nifaz-e-Shariat-e-Mohammedi (TNSM) (interdit le 12.01.2002)
  • Tehrik-ul-Mujahideen Pakistan (TMP) (interdit le 26.11.2003)

(1)Les autres explications sont essentiellement le fait que les prisonniers — à quelques rares exceptions près — étaient de simple combattants provenant des montagnes et n’avaient accès à aucun processus de décision, ainsi qu’une gestion faible du renseignement et des organes chargés de le recueillir. Au final, Guantanamo a sans doute causé plus de morts américaines qu’elle n’a sauvé de vies ! (NdA)
(2)Sans relation avec le ► Hezbollah libanais.
(3)En vertu de l’Anti-Terrorism Act de 1997