Porto Rico

Puerto Rico a une histoire de violence politique qui remonte aux années 50, avec la vague insurrectionnelle marxiste qui balaie l’Amérique latine. De plus, l’indépendance de Puerto Rico est l’objet d’une discussion auprès de nombreux politiques de droite comme de gauche. Mais c’est en 1967 qu’est créé le premier mouvement indépendantiste révolutionnaire, le Mouvement Indépendantiste Révolutionnaire Armé (Movimiento Independentista Revolucionario en Armas ­MIRA) par Filiberto Ojeda Rùos.

Dès le début des années 70, plusieurs mouvements d’obédience marxiste à l’existence éphémère sont créés. Parmi ceux-ci les Forces Armées de Libération Nationale (Fuerzas Armadas Liberación Nacional — FALN), créées en 1974 par Filiberto Ojeda Rùos, et dirigées de New York, mèneront de nombreux attentats à la bombe entre 1974 et 1980. En 1980, onze de ses principaux cadres sont capturés aux Etats-Unis, y compris Oscar Lopez Rivera, son chef. Toutefois, aucun des terroristes arrêtés n’ont été reconnus coupables des attentats à la bombe. Le 11 août 1999, le Président Bill Clinton accorde sa grâce à seize des membres des FALN, dont Lopez Rivera, à condition qu’ils renoncent à la violence et au terrorisme.

EPB-MacheterosFiliberto Ojeda Rios crée dès 1976 un nouveau groupe issu des FALN : l‘Armée Populaire Boricua-­Macheteros (Ejército Popular Boricua-Macheteros). L’EPB-Macheteros est l’héritière des FALN, mais opère exclusivement sur le territoire portoricain. Elle est rejointe par d’autres groupuscules violents tels que les Comandos Armados de Liberaci6n — CAL, les Fuerzas Armadas de Resistencia Popular — FARP, ou

Organizacién de Voluntarios para la Revoluciôn Puertorriqueria — OVRP).

Les Macheteros mêlent leurs activités politiques aux exactions de droit commun afin de financer leurs activités.

Les Macheteros maintiennent une activité terroriste tout au long des années 80. Ses principaux chefs sont arrêtés dans les années 90. Libéré sur caution, Filiberto Ojeda Rios, son principal chef, est assassiné le 23 septembre 2005. L’EPB­-Macheteros est encore considérée comme active, mais semble s’être recentrée sur des activités criminelles.