Red Hand Defenders (RHD)

(Grande-Bretagne/Ulster) (Défenseurs de la Main rouge) Groupe radical paramilitaire loyaliste apparu en automne 1998. A ses débuts, il était supposé être composé de dissidents des mouvements interdits ► Loyalist Volunteer Force (LVF) et ► Ulster Defence Association (UDA) opposés aux Accords du Vendredi Saint. Il pourrait être identique au ► Red Hand Commandos. Selon certaines informations le RHD serait la Southeast Antrim Brigade de l’UDA. Il refuse le cessez-le-feu de 1994 et lutte pour « protéger la communauté Loyaliste des tentatives de persécution par des agressions armées et la subversion politique ».

Les RHD se sont manifestés pour la première fois le 7 septembre 1998, lors du défilé orangiste, par un attentat à la bombe(1). Ils ont également été rendus coupables d’une attaque à l’arme blanche contre un pub de Belfast, le 31 octobre 1998, et de l’assassinat d’un catholique, Brian Service, le 2 novembre. Ils ont également revendiqué plusieurs attentats à la bombe en Irlande du Nord.

En fait, il semble que les RHD ne soient qu’un nom de couverture pour des actions menées par l’UDA et la LVF, et qu’elle ne soit pas une organisation en tant que telle, de sorte à ne pas perdre le « droit » à la libération de leurs prisonniers politiques. Probablement inactif.

(1)Le défilé orangiste avait transgressé les autorisations données et avait traversé le quartier catholique de Portadown, dans le comté d’Armagh. Cet attentat a coûté la vie à Frankie O’Reilly, officier du Royal Ulster Constabulary (RUC).