Resistenza

(France / Corse) Mouvement indépendantiste radical clandestin, considéré comme le bras armé de l’Accolta Naziunale Corsa (ANC). En 1996, dans la vague de règlements de comptes qui caractérise alors la clandestinité corse, il se met « en sommeil ». Dans son 18e communiqué, du 30 mai 2003, le mouvement annonce souscrire au processus de Matignon et se prononce en faveur de l’unification de la Corse pour le référendum du 6 juillet 2003. Il annonce par le même document sa dissolution.