Sadval

(Azerbaïdjan/Daguestan) (Unité) Mouvement séparatiste radical de la minorité Lezguienne(1), répartie au Nord de l’Azerbaïdjan et du Daguestan. Il est créé en juillet 1990 au Daguestan, juste après l’éclatement de l’Union Soviétique et la demande, le 22 février 1992 par le « Conseil National du Lezgistan », de créer un « Lezgistan » à cheval sur l’Azerbaïdjan et le Daguestan. Il est dirigé par R. Ashuraliev et est basé à Derbent au Daguestan. Le chef de son aile militaire est Nasyr Primov.(2)

Le Sadval est soutenu par l’Arménie et la minorité du Nagorno-Karabakh, qui lui ont apporté une aide pour la formation de ses combattants en matière de sabotage et d’opérations terroristes. Il mène principalement des actions de sabotage contre les chemins de fer azéris et à la frontière russo-azerbaïdjanaise. Le 19 mars 1994, il mène un attentat à la bombe dans le métro de Bakou, qui fait 14 morts. En avril 1992, 17 terroristes auraient été formés sur une base militaire arménienne à Lusakert(3). Après l’arrestation du chef du Sadval Nariman Ramazanov, le 11 juillet 1996, 300 membres du mouvement prennent en otage des policiers azerbaïdjanais pour obtenir sa libération.

En mars 1999, un cadre du mouvement, Ruslan Ashuraliyev, déclare que le Sadval cherche à se créer une image internationale et doit abandonner la lutte armée. En juin 1999, la Russie a accusé le Sadval d’être à l’origine de l’attentat à la bombe contre le pipeline Bakou-Novorossisk.(4)

Il semble être lié à certaines organisations wahhabites de la région et on lui attribue des liens avec les services de sécurité arméniens.

(1)Les Lezguiens sont une minorité d’environ 400 000 personnes répartis entre la République d’Azerbaïdjan et celle du Daguestan.
(2)Radio Free Europe / Radio Liberty (12.08.1999)
(3)Information issue de l’instruction du procès des terroristes capturés par les autorités azerbaïdjanaise, mais cependant non confirmée.
(4)BBC (23.06.1999)