Salvador (République du)

A Salvador, les divers groupes engagés dans la guerre civile se sont reconvertis dans les structures politiques. Ils conservent souvent une appellation et une rhétorique guerrières, mais maintiennent leurs activités dans le cadre de la légalité :

  • Ejército Revolucionario del Pueblo (ERP)
  • Frente Clara Elizabeth Ramirez (FCER)
  • Frente Farabundo Marti para la Liberacién Nacional (FMLN)
  • Fuerzas Populares de Liberacién “Farabundo Marti” (FPL-GPP)
  • Fuerzas Populares de LiberaciOn Farabundo Marti (FPL)
  • Partido Comunista de El Salvador (PCS)
  • Partido Revolucionario de los Trabajadores Centroamericanos (PRTC)
  • Resistencia Nacional-Fuerzas Armadas de la Resistencia Nacional (RN-FARN)

Certains nouveaux groupes sont cependant apparus :

  • Sombra Negra (Ombre Noire), qui serait un groupe d’extrême-droite, composé d’anciens militaires et d’ex-représentants des forces de l’ordre. Leur action semble essentiellement dirigée contre les membres des gangs de rue, qui constituent la principale menace intérieure du Salvador. Ce groupe ne semble pas lié à des organes gouvernementaux.
  • Fuerzas Guerrilleras Nacionalistas El Salvador Libre (Forces de Guérilla Nationalistes pour un Salvador Libre), groupe d’extrême-gauche, mal connu et peu actif.

Depuis la fin de la guerre civile, la violence est devenue essentiellement le fait de la criminalité organisée et des gangs de rues, alimentés par la population émigrée au Etats-Unis. En 2007, les principaux gangs opérant eu Salvador sont : la Mara Salvatrucha (environ 7 000 membres), le M-18 (environ 4 000 membres), la Mao Mao (env. 30 membres), la M6quina (env. 20 membres), la Mirada Loca (env. 30 membres), le Muro (env. 30 membres) et la Familia Unida (env. 30 membres)(1).

(1)Chiffres : US Southern Command, (08.01.2007)