syndrome de Stockholm

Phénomène psychologique particulier qui lie l’otage à son ravisseur à travers une relation qui semble paradoxale. Le phénomène a été observé pour la première fois lors d’un hold-up manqué dans une banque de Stockholm (23 au 28 août 1973). Au cours de la prise d’otage et des négociations qui ont suivi, les otages ont pris fait et cause pour leurs ravisseurs, allant jusqu’à les protéger contre la police.

Ce syndrome s’explique par le fait que l’otage ressent sa vie comme dépendante de la volonté du preneur d’otage. Dès lors, il comprend chaque minute de vie supplémentaire comme un don accordé par le ravisseur. En outre, par le fait que l’action de la police apparaît chaque instant plus probable, avec le risque de conséquences dramatiques pour les otages, ces derniers se sentent ainsi davantage mis en danger par la police que par les ravisseurs.

Le syndrome touche également le preneur d’otage qui, progressivement, établit une relation personnelle avec les otages, qui réduit sa détermination à tuer les otages.