terrorisme politique

Le terrorisme politique se situe généralement dans un processus révolutionnaire, mais juste en amont d’un conflit ouvert. Il constitue l’outil armé de partis politiques officiels, dont il exploite le soutien populaire pour se légitimer. C’est le cas de l’ ► Irish Republican Army (IRA), de l’ ► Euskadi Ta Askatasuna (ETA), etc. Sa distinction avec le terrorisme de guérilla est souvent délicate. Un des objectifs du terrorisme politique est de faire connaître le mouvement et ses objectifs. Il s’inscrit à la fois dans les concepts marxistes de corrosion de l’ordre social et de propagande armée. Elément d’une stratégie révolutionnaire, le terrorisme politique — comme le terrorisme de guérilla — est de pousser l’Etat à prendre des mesures antidémocratiques, de manière à découpler la population de l’Etat et à légitimer la lutte armée. Ainsi, l’ETA basque avait perpétré l’attentat du 20 décembre 1973, contre l’amiral Luis Carrero Blanco, qui avait prôné le rapprochement du gouvernement avec les partis de gauche. Cette même ETA a tué 45 personnes durant la dictature franquiste et quelque 765 durant la démocratie. Après la mort de Franco, elle a ainsi oeuvré pour provoquer la tentative de coup d’Etat militaire (23 février 1981). De même, en Irlande du Nord, en 1969, le nombre de tués s’était élevé à 13 personnes. Au début de son intervention l’armée britannique jouissait d’un large soutien populaire. L’IRA a alors initié une campagne de violence sans précédent qui a culminé avec 468 morts en 1972, qui a provoqué le discrédit de l’armée auprès de l’ensemble des communautés irlandaises.

Le terrorisme de droite est compris dans cette catégorie, mais occupe une place particulière, car il ne s’inscrit pas réellement dans une logique de désagrégation de l’Etat. Au contraire, son objectif est de créer et de mettre en évidence la faiblesse de l’Etat et une situation de chaos qui doit pousser l’Etat à renforcer sa présence, voire instaurer un régime de dictature. C’était la stratégie du « terrorisme noir » en Italie durant les aimées 70-80.