White Army

(Soudan) La « White Army » (Armée Blanche) est apparue dans l’est du Sud-Soudan (dans les régions du Haut Nil et du Nil Bleu) au milieu des années 90. Cette force, dont les structures de conduite apparaissent floues et changeantes, est sans doute davantage un concept qu’une organisation structurée. Elle peut être définie comme une sorte de milice spontanée, conduite dans le cadre des structures tribales ou villageoises, principalement issue de l’ethnie Nuer. La White Army semble avoir été soutenue tantôt par les ► South Sudan Defence Force (SSDF), tantôt par la SPLA qui lui ont fourni des armes. Les armes sont ainsi réparties au sein de la population, selon le système des milices locales. Dans certaines régions elle semble être apparue afin de protéger le bétail contre le vol (notamment dans la région de la rivière Sobat) ou pour se protéger des exactions de la SPLA. Le SPLM/A-United, dirigé par le Dr Riek Machar a initialement été considéré comme partie de la White Army.

Contrairement aux autres milices locales du Sud-Soudan qui ont fait allégeance aux SSDF et/ou qui se sont associées aux forces armées soudanaises pour lutter contre la SPLA, la White Army a toujours conservé son indépendance. Des alliances (très) temporaires ont été réalisées avec certaines milices, notamment avec les Forces Nuer de Gordon Kong. Ses effectifs n’ont jamais réellement pu être établis, mais avoisine probablement les 50 000 combattants. En 2005-2006, les diverses tentatives de la SPLA de désarmer la White Army dans les secteurs d’Ayod et d’Akobo se sont soldées par des affrontements meurtriers.